Durant l’exploration d’une planète sauvage, une créature alien attaque l’équipe sur place et capture deux de ses membres. Une mission de sauvetage est alors immédiatement lancée et Varro propose son aide et son expérience. Sur le vaisseau, Eli se questionne sur le comportement de Rush.

Depuis peu, Stargate Universe parait s’éloigner de l’idée selon laquelle elle devait absolument faire différemment des séries qui l’ont précédé. The Hunt est donc un épisode qui fait simplement du recyclage en nous servant la traditionnelle histoire du « on doit retrouver des membres de l’équipe capturés par une créature alien » et en la mélangeant avec ce qui a servi de pitch de base à tant d’épisodes de Stargate Atlantis « explorons une partie inconnue du vaisseau pour y trouver une salle merveilleuse ».

Sans surprise, l’originalité n’est pas franchement au rendez-vous, mais certaines vieilles recettes réussissent à toujours délivrer ce qu’on attend d’elle. Ici, c’est la chasse en pleine nature qui va parvenir à être réellement efficace.

L’idée est simple et est mise en place de manière plutôt brouillonne, mais les enjeux imposés vont créer l’environnement impeccable pour gérer deux choses. La première tourne autour de Greer et du traumatisme de sa récente expérience médicale qui lui a fait frôler la mort. Il se met alors à douter de lui-même, lui qui était jusque-là inébranlable. Toute cette attention portée sur Greer est bienvenue, car le personnage est bien plus intéressant et complexe que ne pourra jamais l’être Scott, mais il n’obtenait, jusqu’à récemment, que peu de temps pour le montrer. C’est désormais corrigé, et cela fonctionne vraiment dans cet épisode où il a un challenge de taille à relever, ce qui le pousse à mettre en perspective ses priorités et ses peurs.

Avec lui, on retrouve Varro, et il était plus que temps que ça arrive. On nous le ressortait occasionnellement par simple commodité et il méritait qu’on lui offre soit une sortie, soit une évolution à bord du vaisseau. Il va donc profiter de l’opportunité pour gagner sur tous les tableaux, car il marque des points auprès de T.J., ce qui semblait – de toute façon – sa motivation première. Le personnage a le charisme nécessaire pour réellement trouver sa place dans la série et il le montre bien ici.

À côté de tout ça, Eli, Rush, et Brody découvrent une nouvelle salle dans le vaisseau qui contient des cellules pour mettre en stase les voyageurs. Eli pense que Rush est un peu trop timide suite à sa récente déconvenue à l’intérieure de l’ordinateur du Destiny, il encourage alors Brody à examiner plus en profondeur leur découverte et cela se termine mal. Il y a donc une pointe éphémère de danger, mais tout retombe rapidement pour finir par faire uniquement du remplissage. Cela en arrive au point une autre storyline a été rajoutée pour combler le vide : une exploration de la vie sentimentale de Volker – et c’est aussi captivant que ça en a l’air.

Quoi qu’il en soit, si tout ce qui n’a pas de rapport avec la chasse ne parvient pas à être vraiment intéressant, il y a tout de même une pointe d’humour qui compense. L’ensemble réussit à former un tout convenable et divertissant qui ne souffre pas vraiment de sa simplicité et de son manque d’originalité. En revenant à du basique, la série semble pouvoir se montrer suffisamment légère pour temporairement sortir de son marasme. Ça pourrait être fait avec plus d’ingéniosité, mais c’est un pas dans le bon sens arrivé à ce point.