Le Destiny sort de l’hyperespace et se retrouve face à une de ses navettes. À bord de celle-ci, Caine et les membres de l’équipage restés sur une planète dans l’autre Galaxy appellent à l’aide. Chloe est consciente que, pour elle, le temps de partir est bientôt venu. Elle décide alors d’enregistrer des messages d’adieux.

Par moment, Stargate Universe semble plus occupé à poser des bouts de mystères, des débuts d’intrigues, et autres indices, qu’à véritablement embrasser une mythologie qui pourrait lui apporter le souffle épique qui lui manque depuis bien trop longtemps.

Visitation va ainsi suivre cette logique en concluant l’histoire de l’exil de (l’insupportable) Caine et de ses amis. Nous les avions revus dans le rêve/simulation dans lequel T.J. perdait son enfant, et les revoilà en chair et en os, sans raison, sans explication, sans motivation.

Ils apparaissent là et la question est donc de savoir comment et, accessoirement, pourquoi.

Bien entendu, l’opportunité est saisie pour explorer le deuil de T.J., mais cela restera plutôt succinct. En fait, l’épisode va surtout tourner en rond, chaque nouvelle ouverture se terminant par une mort qui n’aide pas vraiment à la résolution du mystère. Camille trouve malgré ça l’occasion d’être utile et on peut constater que le temps de la révolution est bien loin derrière elle, gardant sa place et tentant juste d’aider. C’est une bonne illustration du principal changement qui s’est produit depuis la première saison. Malheureusement, Camille, comme trop de personnages dans la série, s’est effacée au point de ne devenir qu’un accessoire presque transparent.

Cela pourrait être le cas pour T.J. qui parvient tout de même à montrer de la personnalité, mais maintenant qu’elle est mise face à la réalité sur son bébé, elle pourrait bien suivre les autres et simplement s’enfermer dans son rôle de médecin de bord.

Quoi qu’il en soit, l’épisode possède une seconde storyline qui tourne autour de Chloe et de sa future mort. Il s’agit clairement de nous préparer à la prochaine étape – si près de la mi-saison, cela tombe bien. Que va-t-il lui arriver ? On ne le sait pas, elle non plus, mais il est clair que la Chloe que tout le monde connait n’est plus et est sur le point de se transformer en simple souvenir. On nous ressort alors la classique dramatisation à coups de confessions au kino, et là voilà qui fait ses adieux à la caméra. L’écriture des scènes est trop insistante pour que l’effet soit efficace, mais on peut se consoler avec la participation de Greer qui délivre la subtilité et la sensibilité que l’on est en droit d’attendre de ce type d’histoire.

Au final, nous avons quelques mystères sans réponses, des adieux, et des éléments d’intrigues qui pourraient bien trouver un sens, un jour. En attendant, l’épisode se laisse regarder sans trop ennuyer, mais sans enthousiasmer non plus, car il faut garder cela pour la mi-saison.