Stargate Universe - Water (1.06)

Les réserves d’eaux diminuent dangereusement. Le Destiny s’arrête alors près d’une planète glaciaire. Young et Scott s’y rendent pour collecter de la glace, tandis qu’à bord du vaisseau, TJ est en charge de régler le problème de la disparition d’eau.

Le problème du jour : l’eau, comme le titre le laissait penser. Pour le résoudre, le Destiny offre une solution qui est similaire à celle qui a permis de régler de l’air. En gros, une planète sur laquelle il faut rechercher l’endroit où ce que l’on cherche est utilisable. Certes, il y a de l’eau glacée partout, mais pas consommable, comme il y avait l’élément carbone partout dans le sable, mais pas en quantité suffisante.

Le parallèle n’est pas très flatteur, car reproduire un tel schéma avec juste quelques épisodes d’intervalle, ce n’est pas très courageux. Il faut donc un twist supplémentaire. Cette fois, même si ça prend du temps, l’eau est trouvée et récoltée, c’est la que survient le drame.

Pendant ce temps, sur le vaisseau, TJ est en charge du problème de disparition d’eau. On la sent tout de suite inconfortable avec la position dans laquelle elle se trouve, mais comme tout bon soldat, elle prend ses responsabilités et commence à donner des ordres. Rush délivre quelques conseils, tandis qu’Eli ne comprend pas. Pour lui, le fait que tout le monde ment et cache la vérité sur la gravité de la situation, ce n’est pas normal. On peut voir là-dedans un moyen de montrer qu’Eli n’est pas bâti pour ce type d’aventures, tout comme Scott n’arrête pas de faire remarquer que Young, lui, a l’expérience qu’il faut. Seulement, il est le seul et si Eli est son opposé, il n’est aussi pas le seul. Il faut composer avec l’inexpérience, mais également avec les tempéraments, celui de Greer en particulier.

De ce côté-là, Johansen va être à la hauteur et réussit à bien gérer ses hommes, tout comme ses ressources. Étrangement, Rush se révèle très distant alors que TJ lui donne plus d’une fois l’occasion de prendre le dessus. On peut alors penser qu’il attendait que son tour vienne, bien qu’il montre que ce qui compte pour lui est de sauver le plus grand nombre au détriment, par exemple, du Lt. Scott. C’est la solution la plus logique, il faut le reconnaitre, et elle affronte la plus sentimentale, venue à la fois de Chloé et de James. Cette dernière est clairement blessée par le fait de voir Scott avec la fille du sénateur, mais elle va lui donner des informations pour qu’elle aille faire entendre sa voix afin d’encourager le sauvetage. Difficile à ce niveau de savoir si la carte du relationnel sera souvent utilisée, car ce n’est pas franchement quelque chose qui fut réussi dans la franchise Stargate, à quelques exceptions près.

Enfin bon, on n’est pas encore à avoir des femmes qui se battent pour le lieutenant, mais plus à observer la mise en place de rapports de forces et de manipulations, sans oublier de problèmes de confiance. Tout un éventail de thématique qui n’a pas réellement été développée dans les séries précédentes, ce qui peut se révéler intéressant.

Le problème de l’eau sera résolu, celui de l’entité alien aussi, on aurait pu espérer par contre un peu plus de développement personnel pour TJ, mais ce sera probablement pour une autre fois, car elle a un background qui fut de nombreuses fois évoqué et on aimerait bien savoir ce qu’elle fait là, elle qui aurait dû quitter sa base deux semaines avant l’attaque. Plus tard donc. En attendant, Water a offert quelques bonnes idées et scènes, mais souffre de cette storyline sur la glace qui est peu inspirée.