Stumptown : Que vaut l’apprentie détective d’ABC ?

7 Nov 2019 à 15:00

Il semble que l’art du procedural drama se soit perdu, si l’on en croit les nouveautés de la saison. Les scénaristes sont plus intéressés par l’idée de semer des indices pour développer leur mythologie que par livrer la bonne vieille affaire de la semaine. L’équipe derrière Stumptown a visiblement décidé de contourner légèrement le problème avec une formule que l’on pourrait qualifiée d’hybride.

Commençons par les présentations. Basée sur le comic book éponyme de Greg Rucka et Matthew Southworth qui est adapté par Jason Richman, Stumptown suit Dex Parios (Cobie Smulders), une vétérane de l’armée indépendante et déterminée. Elle fait tout pour résoudre les problèmes des autres, mais semble incapable de gérer les siens sans créer le chaos. Elle a en effet des dettes de jeu à payer, une vie romantique bien compliquée et elle doit s’occuper de son frère. Quand l’occasion de débuter une carrière de détective privée se présente à elle, Dex trouve un moyen de canaliser son énergie et de gagner un peu d’argent.

Le pitch est parfait pour un procedural drama classique. On pouvait penser dès le départ, en particulier après le pilote qui mettait en place une formule pourtant efficace, que Dex allait chaque semaine chercher à résoudre une investigation à sa manière — explosive et avec plus d’improvisation et de malchance qu’escompté. Ce n’est pas totalement le cas.

La série suit en effet Dex alors qu’elle tente de mettre de l’ordre dans son existence. Cela passe en partie par sa nouvelle carrière de détective. Les premiers épisodes la voient chercher des clients et se retrouver dans des affaires qui la dépassent. Elle recrute souvent ses proches pour l’aider et doit en plus essayer d’obtenir sa licence pour pratiquer le métier légalement.

Tous les épisodes développent des éléments pour l’épisode suivant. Quand ce n’est pas une investigation qui se complique et n’est pas conclue, ce sont Grey (Jake Johnson) ou le détective Miles Hoffman (Michael Ealy) qui ont des intrigues qui s’étirent sur la longueur. Les deux hommes, amis de Dex (et plus si infinité), complètent l’héroïne en faisant cependant plus qu’alimenter des storylines secondaires, feuilletonnantes ou non.

Stumptown a en effet sans tarder installé son petit univers dans lequel chaque personnage occupe une place bien établie vis-à-vis de Dex. Dans ce sens, la série a rapidement trouvé son rythme et l’alchimie dans le casting fait le reste.

Néanmoins, la volonté de l’équipe créative à toujours tout compliquer pour éviter au maximum qu’un épisode tienne entièrement debout par lui-même donne l’impression qu’il n’y a pas que Dex qui improvise plus qu’elle ne le devrait.

Il est évident que la série est surtout à propos des personnages et que les enquêtes ne servent qu’à développer Dex en la mettant dans des situations particulières. Cela fonctionne, même si cette approche laisse par moment penser que les scénaristes n’ont pas grand-chose à dire quand il n’est pas question de leur héroïne.

Stumptown est un de ces shows qui donne l’impression de ne pas être totalement à sa place sur un network (le passage de Donal Logue en guest star ne peut que rappeler Terriers), ce qui est amplifié par cette volonté de ne pas livrer un procedural drama traditionnel. Quand on prend du recul, c’est pourtant ce qu’est la série. Peu importe que les affaires soient réglées sur deux semaines, la formule finit par prendre le dessus, et ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. De plus, même s’il y a des ajustements à faire, Cobie Smulders, Jake Johnson et le reste de la distribution font un travail assez bon pour rendre l’ensemble divertissant dans ce début de saison. Le résultat est cependant conventionnel, si l’on passe outre le découpage narratif. Maintenant que les personnages sont bien installés, la série a besoin de commencer à développer des thématiques claires – évoquer le PTSD de Dex avec un rapide flash une fois par épisode n’est pas suffisant pour faire le travail). Pourquoi se fatiguer à trouver une forme originale si l’absence d’un propos constructif rend l’ensemble passablement générique ?

Avec une rallonge d’épisodes, Stumptown a en tout cas le temps de montrer ce qu’elle peut vraiment faire.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link