Surviving Suburbia - Hero (1.01)

Steve et sa femme acceptent de surveiller la maison de leur voisin, Onno, et de nourrir les poissons. Mais, après une visite, il met accidentellement le feu. Pour se couvrir, il se retrouve à dire qu’il l’a vu et éteint, et il est ensuite considéré comme un héros par sa fille et les voisins.

Sûr, Surviving Suburbia n’a pas dû coûter bien cher à ABC. Cela valait-il quand même la peine de dépenser de l’argent ? J’en doute fort.

Nous voici devant une sitcom familiale classique. Elle s’annonçait plus sarcastique, jouant plus avec les clichés de la banlieue télévisuelle (vu qu’on est bien loin de la vraie vie d’un quartier américain, quand même !), où son personnage principal, Steve (Bob Saget) se devait d’être un homme n’aimant pas la vie dans ces contrées dites paisibles, et s’en moquer.

Ce n’est rien de tout cela, vu que Steve se révèle être un adulte qui aime sa femme (Cynthia Stevenson) et ses enfants, mais qui nous est avant tout présenté comme étant simplement irresponsable. Rien de bien méchant ou de caustique, on en convient.

Peu de décors, quelques voisins, des dialogues qui sonnent creux, des rires en boites à la limite du supportable, mais… oui, il y a un mais… j’ai vu pire. Honnêtement. Ce n’est pas vraiment drôle, mais cela aurait pu se révéler pénible, ce qui n’est pas vraiment le cas. C’est juste mauvais. C’est juste tout à fait oubliable. En fait, la vraie bonne idée de l’épisode, c’est de commencer avec une référence à Dancing With The Stars, vu que la sitcom a bénéficié du gros lead-in de la chaine, ce qui n’est assurément pas n’importe quoi.

Pour le reste, la télévision vivra très bien avec ou sans. Après tout, cela fait déjà plusieurs années qu’il y a According To Jim, et c’est comme si de rien n’était. Surviving Suburbia rentre parfaitement dans cette veine de sitcom familiale de piètre qualité, qui ne change strictement rien à l’univers télévisuel, à l’antenne ou non.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire