Sweetbitter et Vida : deux histoires de femmes, deux adaptations, deux déceptions

11 Juin 2018 à 12:00
Sweetbitter/Vida

Lancées en même temps sur Starz, Sweetbitter et Vida promettaient une soirée placée sous le signe des femmes, de la découverte de soi, des aspirations futures et de la difficulté de se débarrasser entièrement d’où l’on vient. Le résultat se révèle malheureusement assez décevant, et ce, des deux côtés.

Adaptée du livre du même nom de Stephanie Danler, Sweetbitter propose de suivre l’histoire de Tess, une jeune femme qui quitte sa ville natale pour s’installer à New York, sans réel but précis. Elle cherche à décrocher un job de serveuse, dans la quête d’un peu d’argent facile pour commencer sa vie. Néanmoins, lorsqu’elle se retrouve embauchée dans un des restaurants les plus chics de la ville, elle découvre vite l’envers du décor, les difficultés du métier et les personnages haut en couleur qui peuplent le restaurant.

Quant à Vida, c’est une adaptation d’une nouvelle écrite par Richard Villegas Jr. Emma et Lynn, deux sœurs que tout oppose, vont se retrouver à Los Angeles, à la suite de la mort de leur mère. En plus des surprises laissées derrière elle par cette dernière, les deux femmes devront s’occuper d’un bar qui est menacé de disparition.

Le problème majeur de ces deux séries, c’est que leur narration est complètement éclatée. Je n’ai aucune idée de ce qu’elles cherchent à me raconter. Vida est la plus touchée par cela. Le pilote laissait l’impression que l’histoire allait porter sur les problèmes liés à la gentrification, ou encore à la difficulté de retourner chez soi après tant d’années d’absence. Au fur et à mesure des épisodes cependant, les scénaristes se concentrent sur des histoires d’amour sans intérêt et n’arrivent pas à suivre un fil conducteur sur plus d’un épisode.

Sweetbitter est davantage resserrée sur sa narration, mais cela ne veut pas dire qu’elle raconte quelque chose. Dès le pilote, on suit Tess comme point focal, et ses yeux sont nos yeux. En cela, j’ai plus l’impression d’assister à des tranches de vie qu’à une histoire qui m’est racontée. Et peut-être que c’est le but recherché. Toutefois, la focale est à nouveau mise sur des histoires d’amour plates, au détriment d’une plongée plus en profondeur dans le monde de la restauration.

Ce qui rapproche davantage les deux séries n’est pas non plus un compliment : en grande majorité, les personnages ne sont pas sympathiques. Ces derniers ressemblent, à quelques exceptions près, plus à des stéréotypes qu’à des personnages en trois dimensions. Ou alors des personnages très froids et difficilement accessibles, comme Simone dans Sweetbitter ou Emma dans Vida.

Cela n’empêche pas certains moments touchants ou de véritable camaraderie. Mais, en règle générale, les personnages n’inspirent pas vraiment de sympathie, ce qui diminue l’impact émotionnel de certaines scènes. C’est particulièrement visible dans les intrigues amoureuses, que ce soit entre Lynn et Johnny dans Vida ou entre Jake et Tess dans Sweetbitter.

Ces deux séries n’ont bien évidemment pas que des points négatifs. En réalité, là où Vida réussit le mieux, c’est sur ses réflexions sur la sexualité. Cette dernière est très présente, mais jamais gratuite, nous apprenant toujours quelque chose de nouveau sur tel ou tel personnage. Le sujet est traité avec beaucoup de finesse, donnant lieu à plusieurs scènes capitales pour le développement des personnages et notre compréhension d’eux.

Sweetbitter est à son meilleur quand la camaraderie des serveurs, des cuisiniers et des plongeurs est montrée à l’écran. C’est dans les scènes où tout ce petit monde, aux vies absolument uniques, se retrouve pour relâcher la tension d’une journée de travail que l’on se prend à ressentir quelque chose. Bien entendu, il n’y a aucune intrigue là-dedans ; mais il est agréable de voir ces personnages agir en tant que personnes, et non plus comme des stéréotypes ambulants.

Les deux séries présentent donc un échec qualitatif pour Starz. Sans réelles pistes narratives et sans personnages charismatiques, il est difficile de s’impliquer dans ce que l’on voit à l’écran. Dès lors apparaît une sensation d’ennui puisque, non emporté par l’histoire, on se met à réfléchir pour en détecter les points faibles.

Sweetbitter et Vida auraient certainement besoin de bien plus d’épisodes pour développer leur univers respectif. Restent néanmoins quelques moments sympathiques, d’autres étonnamment touchants. Mais cela est bien trop maigre.

Sweetbitter
Price: EUR 11,83
Price Disclaimer
Tags : Starz Sweetbitter Vida moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link