Alors qu’il aide son ami à retrouver le corps d’une jeune femme morte dans les bois, Scott McCall se fait attaquer par un loup-garou. Peu de temps après, il se rend compte qu’il change étrangement.

Teen Wolf est l’adaptation en série du film éponyme de 1985 qui mettait Michael J. Fox dans la peau d’un jeune qui devient un loup-garou super cool jouant au basket comme une star. C’était gentiment stupide et ridicule, et ça a été un succès. D’ailleurs, il y a déjà eu un portage à la télévision, sous la forme d’une série d’animation.

Bref, aujourd’hui, MTV lance cette nouvelle série en déclarant que c’est une adaptation du film, mais on ne peut pas vraiment dire qu’il reste énormément du long métrage.

Nous suivons donc Scott McCall, un adolescent pas trop gâté puisqu’il est asthmatique, fait partie de l’équipe de La Crosse, mais reste sur le banc de touche, et puis on nous dit clairement qu’il est un loser, donc ça doit être un peu vrai. En tout cas, il n’est pas très vif d’esprit. C’est soit ça, soit c’est la faute aux dialogues.

Bref, il se fait mordre par un loup-garou et en devient un lui-même. Forcément, on mélange cela avec l’arrivée d’une nouvelle adolescente au lycée afin d’apporter des enjeux romantiques.

Teen Wolf semble prendre le parti de ne pas surprendre. Rien dans ce premier épisode ne parvient à sonner original. Ça ne veut pas dire que tout est à jeter pour autant, même si certaines lignes de dialogues sont purement stupides et que quelques scènes sont tout simplement improbables, mais très commodes.

Le niveau de la production est presque décent par moment. Le style visuel, clairement involontaire, permet d’une certaine manière d’entretenir une sorte de second degré d’un bout à l’autre. Le visionnage évite ainsi de devenir pénible dans un sens. Par contre, il n’y a pas grand-chose pour compenser le casting transparent et le jeu des acteurs qui est plutôt inégal, pour ne pas dire parfois mauvais.

Au final, avec ce nouveau teen soap fantastic, MTV devrait pouvoir toucher un public d’adolescents qui n’est pas trop regardant durant la période estivale. En tout cas, même après avoir posé les prémices d’une mythologie moyennement ambitieuse, Teen Wolf ne possède pas beaucoup d’arguments pour justifier que l’on s’attarde réellement plus longtemps sur son cas.