Témoin Indésirable d’Agatha Christie : Le coupable se cache parmi eux

BBC continue de revisiter les œuvres de la reine du crime. C’est ainsi qu’après l’excellent Les Dix Petits Nègres et l’étouffant Witness For The Prosecution, la chaine britannique a de nouveau confié à Sarah Phelps le soin d’adapter Ordeal By Innocence ou Témoin Indésirable — en trois parties.

Le style de la scénariste est donc maintenant bien établi, cette dernière aimant sans conteste faire ressortir les traits de personnalités les moins appréciables des personnages peuplant un récit dans le but de nourrir le plus possible les suspicions. L’ensemble nous entraine naturellement dans un environnement spécifique auprès d’une famille au bord de la rupture. Il ne fallait alors qu’une personne pour simplement mettre le feu à la poudrière et laisser imploser au grand jour le mal qui les rongeait.

Tout commence avec la riche héritière Rachel Argyll (Anna Chancellor) qui est retrouvée morte d’un coup sur la tête chez elle, où elle vivait avec son époux Leo (Bill Nighy), ses cinq enfants adoptés — Mary, Mickey, Jack, Tina et Hester — et leur gouvernante, Kirsten. Avec ses empreintes sur l’arme du crime et aucun autre suspect, Jack est arrêté pour le meurtre de sa mère et tué en prison avant le procès. 18 mois plus tard, tandis que Leo se trouve sur le point de se remarier avec Gwenda, sa secrétaire, un homme nommé Arthur Calgary, arrive au domicile familial et clame pouvoir fournir un alibi à Jack. Qui est cet étranger et s’il dit la vérité, qui est alors le meurtrier ?

Tout le monde est un suspect idéal dans Ordeal By Innocence, un point qui est initialement présenté en cherchant à éviter à rendre un membre de la famille plus sympathique qu’un autre. Ils ont tous une raison pour vouloir la mort de la matriarche, le récit étant agrémenté de flashbacks pour mieux nous exposer la dynamique et les traumatismes remontant à l’enfance qui accompagne maintenant les enfants devenus adultes.

Si Sarah Phelps est naturellement plus intéressés par nous exposer les traits les moins agréables de la personnalité de chacun, les acteurs s’attèlent à donner forme à une dynamique familiale complexe où les jalousies, les peurs et les souhaits de chacun entre en collision avec ceux des autres. Rien n’est simple sous le toit des Argyll qui, dans un esprit typiquement britannique, dissimulent souvent leurs émotions plutôt que de confronter le mal qui vit avec eux.

Jack sert de symbole à tout ce qui n’allait pas dans cette famille rongée par les secrets et la nécessité de plaire aux parents. D’abord à la figure maternelle qui prend ici tragiquement une forme superficielle. Elle est la victime, mais les angoisses de Rachel face à la possibilité de l’explosion d’une bombe atomique ne prennent jamais vraiment forme et semblent exister pour ne pas faire d’elle une mère castratrice. Jack était alors le mouton noir de la famille et celui prêt à taper dans la fourmilière dans le but de voir sa mère craquer.

Ordeal By Innocence prend naturellement la forme d’un drama psychologique policier avec la cellule familiale en son cœur. La série décrypte les rapports de force, la place de la figure parentale, les abus psychologiques et les manipulations pour le bien des apparences. Comme c’est souvent le cas dans une œuvre d’Agatha Christie, on se retrouve avec des figures féminines complexes qui ne répondent pas aux instincts maternels comme la société leur demande et qui sont consumées par une noirceur palpable.

Tous ces points émergent autant grâce aux performances des acteurs qu’à une réalisation et à un style qui aident définitivement le récit à gagner en force. Tournée en Écosse, l’esthétique verdoyante et les couleurs chaudes viennent contrebalancer la noirceur et joue parfaitement avec les apparences que la famille cherche à maintenir.

Le montage, habile, permet d’interroger sur qui est vraiment le coupable, en prenant presque la forme d’un puzzle pour mieux rattacher les morceaux de cette fameuse soirée meurtrière.

La fin choisie par Sarah Phelps est cependant plus discutable. La scénariste opte pour quelque chose de presque grossier et vulgaire qui ne trouve pas une place naturelle après tout ce qui a été raconté. Si cet angle vient pimenter la question familiale à travers la classique problématique de l’inné et acquis, on peut regretter que cela ne soit pas fait de manière plus organique.

Au final néanmoins, cette adaptation de Témoin Indesirable explore avec succès les thèmes de l’œuvre d’Agatha Christie grâce a une mise en scène soignée et un bon dosage du mystère.

Témoin indésirable
List Price: EUR 5,60
Price: EUR 5,60
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link