Laura est toujours portée disparue et Britt va probablement finir en prison. Hank va alors demander de l’aide à Gustafson, mais Zeitlin l’a piégé. Il n’a plus qu’une solution, trouver qui est derrière le projet d’aéroport le plus rapidement possible.

Nous voilà arrivés au dernier épisode de la saison et les enjeux n’ont jamais été aussi clairs. Toute cette affaire d’aéroport à Ocean Beach atteint son point culminant et Hank va devoir suivre les dernières pistes qui lui restent, aussi maigre soit-elle.

Cette conclusion va donc s’appliquer à clôturer tout ce qui avait été lancé, reliant l’intégralité des évènements à son point de départ : la mort de Mickey. Pour l’occasion, il y a pas mal de retours et une volonté claire de ne pas brusquer les révélations afin que l’ensemble conserve sa crédibilité. Certes, l’affaire était clairement trop grosse pour Britt et Hank pour commencer, mais ils ont été forcés de s’immerger totalement dedans, au point de n’avoir plus vraiment de solutions pour s’en sortir. L’un comme l’autre risquait de tout perdre, à commencer par leurs vies, et cela n’était pas une sorte de menace imaginaire, les évènements appuyant fortement sur cette pression en utilisant à merveille l’ambiance du show.

Hank devient alors plutôt téméraire et Gustafson va être là pour l’aider à garder la tête sur les épaules. Le flic n’a pas toujours été très présent, mais sa place est légitime et s’inscrit avec logique dans la construction de l’histoire, car, à ce moment-là, Hank décide de laisser Britt s’en aller et prend sur lui de faire ce qu’il croit nécessaire. L’ancien partenaire est donc ici pour faire ce que le nouveau n’a pas eu l’opportunité d’accomplir : raisonner Hank. Ce dernier a réellement besoin de quelqu’un pour éviter qu’il dérape, et c’est pour ça que son duo avec Britt est si complémentaire, car l’un comme l’autre, ils ont prouvé qu’ils devaient se protéger mutuellement, sinon le pire arrive.

Et pour Britt, cela s’est produit dans l’épisode précédent. Cela dit, il est décidé à prendre ses responsabilités.

Pour revenir à l’affaire de l’aéroport, à l’exception d’une énième rencontre avec M. Burke et un léger heurt avec Zeitlin, on peut dire que les choses vont se démêler en douceur, en particulier au niveau de la résolution. Cette dernière se fait presque en arrière-plan, mais laisse une porte ouverte pour la suite. On peut dès lors être satisfait, car si la série s’arrête là, on ne restera pas dans l’expectative d’une réponse qui ne viendra jamais. Et c’est ce que l’on pouvait attendre de mieux pour ce season finale qui laisse un vrai sentiment d’accomplissement.

Hail Mary est donc parvenu à clôturer intelligemment une intrigue qui menaçait de perdre un certain sens des proportions, et ce, dans un épisode qui ne souffre pas d’un rythme trop soutenu ou d’une surcharge d’informations. Tout ce fait avec une rare fluidité, les pièces s’emboitant les unes dans les autres sans difficulté et sans négliger la part humaine de la série qui est clairement sa plus grande force. Hank et Britt ont survécu au voyage et ont prouvé la solidité de leur amitié qui donna à cette première saison un intérêt tout particulier.