Hank et Britt viennent en aide à un vieil ami qui leur demande de retrouver sa fille et de lui venir en aide. Ils se retrouvent alors pris dans une affaire de chantage politique qui les dépasse.

Créée par Ted Griffin et produite par Shawn Ryan pour FX, Terriers est une série sur un duo de détectives constitué de Hank (Donal Logue), un ex-flic/ex-alcoolique et de son meilleur ami Britt (Michael Raymond-James).

Ils ne sont pas des superstars, arrivant à peine à gagner leur pain. Alors, quand ils se retrouvent dans une affaire de chantage politique avec au milieu un enregistrement compromettant, la fille d’un ami de Hank qui a disparu depuis 6 jours, et un cadavre sur la plage, ça se complique énormément.

La série de détectives semble tenter un retour dernièrement et Terriers s’engouffre dedans avant que d’autres ne lui prennent la place. Cela dit, ce n’est pas un genre qui a beaucoup évolué et il faut le moderniser et, surtout, le dépoussiérer.

Rien de plus moderne qu’une storyline feuilletonnante qui va ressurgir de manière régulière afin de nous changer des « affaires de la semaine ». Ce pilote va poser les bases de celle-ci, tout en tentant de nous introduire les personnages et d’installer le ton général du show.

D’abord présentée comme une comédie, Terriers est réellement une dramédie. Cela dit, son univers légèrement moite et étouffant favorise plus l’aspect drama du show, laissant la partie comédie n’apparaitre que de manière ponctuelle. L’ensemble se montre tout de même assez homogène, le show développant assez rapidement une personnalité qui lui est propre, mariant une saveur old school à un pessimiste contemporain teinté par un éclairage chaud qui semble servir à maintenir un équilibre.

Quoi qu’il en soit, notre duo se fond dans le décor avec une grande facilité, fonctionnant dès le départ. Chaque protagonniste se voit un peu défini d’un point de vue relationnel, l’un étant divorcé et vivant cela difficilement, l’autre étant dans une relation qui se solidifie, mais qui pourrait se trouver mise à mal par l’amitié qui lie les deux hommes. On ne sait d’ailleurs pas vraiment comment ils sont arrivés à travailler ensemble, car leur backstory n’est pas détaillée ici, ce qui n’est pas vraiment un problème dans l’immédiat.

Ce pilote pose des bases qui semblent solides, se concentrant avant tout sur les personnages et la définition de leur style de vie et des codes qui régissent leur univers. Chaque épisode devrait avoir son enquête qui se basera sur une formule qui est ici bien explicitée. La mécanique apparait comme étant déjà bien rôdé et si la suite est aussi plaisante à suivre que ce premier épisode, Terriers pourrait devenir une série à ne pas manquer.