Hank rentre chez lui, accompagné de Britt qui vient de quitter Katie. Il trouve alors Laura Ross qui l’attend avec une bonne nouvelle : elle peut l’aider à boucler l’affaire qu’il n’a pas réussi à clôturer avant de se faire renvoyer de la police.

Terriers se lance dans le passé avec un épisode en grande partie flashback qui nous ramène trois ans en arrière.

Tout commence par le retour de Laura Ross. Cette dernière n’a pas tardé, mais il n’est pas ici question de l’affaire Zeitlin. En fait, il faut le reconnaitre, sa présence est plus une commodité qu’autre chose, car elle sert à créer le lien vers le passé en apportant le complément d’enquête qui manquait à Hank il y a trois ans, quand il était alcoolique et encore flic – mais pas pour longtemps.

Retour en arrière dans une ambiance finalement pas trop éloignée de celle que la série entretient depuis le début. La grosse différence est Hank, même si, au départ, cela ne se voit pas trop. Rapidement, il se met à boire et se transforme.

C’est l’occasion de voir comment il rencontra pour la première fois Britt, mais aussi, comment son mariage avec Gretchen commença à sérieusement battre de l’aile. Cela dit, des deux côtés, on aurait pu espérer en avoir juste un peu plus. Malgré ça, on connecte avec des éléments déjà vaguement évoqués, ce qui permet tout de même d’apprécier ce que l’on voit.

Toute l’affaire du violeur en série n’est pas dénuée d’intérêt, bien qu’elle n’est finalement là que pour servir de catalyseur et, ainsi, précipiter Hank vers sa déchéance. La conclusion sera d’ailleurs plus là pour son côté symbolique que pour entretenir un semblant de justice.

À côté, nous avons Britt qui rumine – dans le présent. Sa séparation avec Katie est très douloureuse, comme on pouvait s’en douter, et, malheureusement, l’histoire va alors suivre une route bien trop prévisible qui est dans la logique peu originale qui est utilisée pour gérer cette storyline depuis le précédent épisode. À ce point de la saison, on pourrait presque dire que l’on est en droit d’attendre juste un peu plus, car les réactions de Britt deviennent trop calculées, trop évidentes, surtout au niveau de ce qui en découle.

Bref, Sins of the Past sert avant tout à aider Hank à poursuivre son évolution. Maintenant qu’il semble avoir fait le deuil de son mariage, il peut effacer un regret de plus. À mesure qu’il se reconstruit, Britt fait le contraire, et c’est clairement à ce niveau que leur relation doit prouver toute sa force, et ce, dans les épisodes à venir. En attendant, ces flashbacks délivrent quand même un peu moins que ce qu’on aurait pu attendre, mais parviennent tout de même à être satisfaisants dans la mesure où ce qui est implicitement promis au début de l’épisode est donné à la fin.