The Beautiful Life – Pilot (1.01)

Alors que la top Sonja revient en ville durant la semaine de la mode, après avoir disparu pendant 6 mois, Raina, débutante dans le métier se voit offrir la chance de faire décoller sa carrière. Chris arrive de l’Iowa avec ses parents quand un agent le découvre.

Ils sont jeunes et beaux et pour une fois, The CW a trouvé une véritable excuse pour le justifier, car ils sont mannequins. Pas des tops modèles, enfin pas encore, car ils sont majoritairement des inconnus, mais ça va finir par arriver, vu qu’ils sont là pour faire carrière et que c’est la guerre !

La mode n’est certainement pas mon univers de prédilection, mais étrangement, The Beautiful Life semblant offrir quelque chose de légèrement différent de ses autres productions de la chaine (sans faire le grand écart), je suis donc venu avec un peu d’espoir – ça change.

L’histoire commence par un défilé avec des robes ridicules et des beautiful people qui s’apprêtent à entrer en scène. On suit principalement Raina (Sara Paxton) et Marissa (Ashley Madekwe) quand soudainement, la mystérieuse Sonja (Mischa Barton) fait son retour inattendu après 6 mois d’absence. Chance pour Raina, c’est quand même le moment de trouver la gloire. À côté de ça, Chris, le farmboy, se fait découvrir et, au grand regret de son père, il va entrer dans la Beautiful Life.

L’épisode va dès lors se concentrer sur Raina et Chris, les deux  « gentils » de la profession, tandis que les autres préparent des coups bas pour obtenir le prochain spot de lumière disponible. Rien de bien surprenant vu le sujet, même si, pour être honnête, cela n’ira pas aussi loin qu’on aurait pu l’attendre, l’esprit soapesque n’étant clairement pas dominant ici, bien que prêt à prendre les devants à la moindre occasion – surtout vers la fin de l’épisode.

Sans être très original, voir même véritablement intéressant, ce Pilot offre quand même une bonne introduction à l’univers de la série, et par « bonne », je veux dire qu’elle ne donne pas immédiatement envie d’éteindre la tv et qu’elle se révèle assez complète. Certes, je n’ai pas trop d’affinités avec les personnages, n’étant clairement pas le cœur de cible de ce type de programme, mais il faut reconnaitre que c’est correctement emballé. Il y a quelques twists un peu grossiers, des personnages parfois trop stéréotypés, mais ça se laisse regarder.

Le principal problème est d’avoir choisi deux protagonistes principaux trop semblables, trop gentils et innocents (et fades). Résultat, c’est une bonne chose pour Mischa Barton qui va, du coup, hériter d’un personnage qui possède plus de potentiel et qui pourrait rapidement voler la vedette, si elle ne s’enfonce pas dans des situations aussi maladroitement écrites que dans ce Pilot.

Bref, The Beautiful Life n’est pas une révolution et ce n’est pas non plus un raté. Il y a du potentiel, des acteurs qui, dans la majorité des cas, savent jouer, mais également un univers qui n’a pas été trop exploité à la télévision (voir aussi Models Inc.), ce qui laisse de quoi faire. À ce niveau, la série ne peut que s’améliorer et si elle montre un peu d’ambition, elle pourrait mériter le coup d’œil, pour peu que le sujet intéresse le spectateur.