Sheldon tente d’aider son amie dans les difficiles changements d’humeur qu’elle traverse alors que Raj et Howard s’affrontent pour déterminer lequel des deux ferait un meilleur super héros.

Traditionnellement, l’épisode s’ouvre sur les garçons en train d’ingurgiter de force le débit verbal de Sheldon. Puis, pour tenter une variation bienvenue et lancer la grande storyline hebdomadaire, Amy pousse un cri d’extase devant l’un des ex de Penny. Cette ouverture montre que la bande des filles est constituée, ces demoiselles n’hésitant plus à s’isoler entre elles pour échapper aux scientifiques. Il est difficile de se faire une idée sur ce nouveau groupe dont les interactions ont été jusque-là très limitées. Il faudra de toute façon qu’elles se démarquent des garçons, le problème est posé surtout pour Amy et Bernadette, la première à cause du quasi copier-coller de ses fonctions au sein du groupe, et la deuxième pour mettre en avant une dose de fantaisie souvent bienvenue.

On voit assez rapidement où la tension sous-jacente entre Amy et Sheldon va nous mener, ces deux-là étant assez doués pour faire des détours sur le trajet tout tracé des sentiments instinctifs. Ici l’attachement qu’ils ont l’un pour l’autre ne s’exprimera que très tardivement et de manière assez subtile, mais l’escalade fonctionne très bien notamment grâce à la qualité des gags qui ponctuent l’épisode (le quiproquos autour du « hoo », la colère de Sheldon lorsqu’Amy juge Star Trek, le signe final à Zack ou le débat sur le parasite extra-terrestre…) La storyline prend ce qu’il faut de place et est assez réussie, même si elle révèle presque malgré elle l’asexualité du personnage de Sheldon. Effectivement si Amy n’a jamais caché qu’elle envisageait une pratique de la sexualité de la même manière que d’éventuelles fringales, la question ne s’est jamais posée chez le garçon.

À côté de ça l’escalade d’infantilisation entre Raj et Howard peine à atteindre un sommet. Le peu de place que possède leur storyline pour s’exprimer ne les aide pas, et on note bien que leur présence n’est due qu’à un besoin de rythmer les aventures d’Amy et Sheldon.

Finalement, l’épisode ne vaut que pour sa storyline principale, la dispute aux airs de déjà vu entre Raj et Howard devient vite irritante même si de bons dialogues leur permettent de ne pas sombrer. Les autres personnages ne font qu’une simple figuration, à l’image de Leonard qui, comme à son habitude ces derniers temps, revêt une inquiétante transparence dès qu’il s’éloigne de Penny.

avatarUn article de .
5 commentaires