The Big Bang Theory - The Bozeman Reaction (3.13)

De retour chez eux, Leonard et Sheldon découvrent qu’ils ont été cambriolés. Sheldon souffre alors d’insécurité, et panique au moindre bruit.

The Big Bang Theory nous offre un épisode quelque peu orienté sur Sheldon et ses excentricités. Cette fois-ci, il est placé dans une position d’insécurité, et il ne doit rien exister de pire – ou presque – pour un homme comme lui.

L’appartement de Leonard et Sheldon a donc été cambriolé. Le matériel technologique s’est donc envolé. Si l’équipe créatrice nous livre dès les débuts une blague de geek avec un Sheldon paniqué à l’idée que ses comic-books furent aussi volés, honnêtement, il y a de fortes probabilités que le voleur se serait fait plus d’argent en revendant la collection de Sheldon qu’avec ce qu’il a réellement emporté !

Enfin, si Leonard se remet rapidement des pertes, ce n’est pas le cas de son ami, qui va se faire envahissant auprès de lui et de Penny. Pour aider, Howard et Raj vont même mettre en place un système de sécurité – qui a été ironiquement volé par Wolowitz ! Le tout pour terminer avec Sheldon décidé à l’arrivée à déménager dans une ville moins dangereuse. La conclusion est assez évidente, mais réussira à bien faire rire.

Quoi qu’il en soit, tout ceci fonctionne plutôt bien, avant tout car nous jonglons pas mal entre les personnages, mettant les quatre amis ensemble, confrontant Sheldon à Leonard et/ou Penny. Bref, si tout le monde n’est pas au même endroit, en même temps, chacun réussit à avoir son moment, et à être réellement exploité, jouant encore une fois sur l’opposition qu’il peut y avoir entre Sheldon et le reste du groupe. Pourtant, si cela a déjà été fait, The Bozeman Reaction s’affirme assez bien, car il met en place une situation inédite et réussit à l’exploiter à bon escient.

Cette histoire de vol nous offre alors un épisode plus que sympathique de The Big Bang Theory, réussissant à utiliser avec efficacité les particularités de Sheldon, et fournissant alors au gang multiple opportunités pour nous faire rire.