L’idée de Leonard d’une application pour iPhone sème rapidement la zizanie entre Sheldon et le reste du groupe de scientifiques.

Il est toujours difficile pour la série de passer après un épisode vraiment réussi comme l’était celui qui précédait la pause de Noël. Entre folie comique et propos subtils sur la relation entre Penny et Leonard, le show exposait largement ses qualités, mettant au passage la barre très haut, beaucoup trop haut.

Cette semaine, l’intrigue fait dans la rapidité, les bases sont posées dès la scène de pré-générique :  l’idée d’application de Leonard sur laquelle repose tout l’épisode, mais surtout le comportement de son colocataire qui vampirise tout le reste. Ainsi, à l’image de la brève et traditionnelle scène de nourriture en groupe à laquelle nous assistons, la série semble vouloir revenir à un schéma filmé et re-filmé.

C’est donc le personnage de Sheldon, malgré un rejet de celui-ci par ses amis, et son hobby de condescendance absolue qui auront la lourde tâche de faire tenir l’ensemble debout. Peu importe la direction de l’intrigue (le recommencement à zéro final, après les excuses est très parlant), la démesure du caractère du scientifique offre à la série une reprise bien feignante. De toutes ses panoplies, boss tyrannique ou petit employé lèches-bottes, aurait pu être tiré une substance intéressante si la construction générale laissait aussi peu de place à la nouveauté. Et comme à chaque fois que le personnage se retrouve en difficulté, on lui retrouve cet air de petit garçon, si peu en accord avec sa personnalité.

Leonard, Raj, Howard et Penny n’ont donc d’autre choix que de jouer les faire-valoir au sein de cette routine, rôle dont ils ne semblent plus pouvoir sortir. Encore un moment bien ingrat pour la jeune fille, qui ne parait pas s’être remise de l’absence de l’actrice qui l’incarne. Et même dans un épisode aussi dépouillé scénaristiquement parlant, les personnages secondaires ne sont même pas mentionnés. Difficile ensuite de leur faire tenir la route, surtout Bernadette qui aurait bien besoin d’exister un peu.

Une expression d’ennui est utilisée plusieurs fois par Penny lors de ces vingt minutes. Si nous sommes loin de la sensation qui peut saisir la jeune femme lors de l’explication d’un théorème scientifique par Sheldon, force est de constater que l’on s’en rapproche inévitablement. Quelques bonnes lignes de dialogues viennent périodiquement sauver notre intérêt d’un décrochage total, mais des variations dans la construction des épisodes sont désespérément attendues.

avatarUn article de .
6 commentaires