Sheldon réalise qu’il ne vivra pas assez longtemps pour transférer sa conscience dans le corps d’un robot. Il cherche alors à trouver des techniques pour rallonger sa durée de vie.

Les épisodes concentrés sur Sheldon sont souvent à double tranchant. Bien utilisé, le personnage est capable du meilleur, mais ses excentricités peuvent aussi devenir un frein comique imprévisible. Les forces de Sheldon sont aussi ses faiblesses, si l’équipe créatrice ne les manie pas bien, ou tombe dans des excès gratuits.

The Cruciferous Vegetable Amplification est un peu tout cela, possédant dans sa première partie le panache que Sheldon Cooper sait apporter à la série, grâce à des interactions avec ses amis. En fait, les scènes de groupe sont toujours un petit plaisir du show, même quand elles ne sont pas forcément hilarantes. Le simple fait qu’ils se réunissent tous pour partager repas offre suffisamment d’opportunité pour créer de sympathiques interactions. Après une saison 3 peu en forme pour Penny, voilà deux épisodes d’affilée qui sont là pour nous faire oublier comment elle fut quelque peu maltraitée. Ses questions financières, Raj et Howard servent donc de moteur à la jeune femme, en plus de ses habituelles répliques face à Sheldon. J’aime cette Penny-là, qui est plus que la voisine de palier.

Seulement, la seconde partie de l’épisode va continuer à exploiter la seule idée développée au cours de ces 21 minutes, Sheldon étant le seul à avoir une intrigue. Raj, Howard et Leonard ont ainsi le droit à quelques répliques, mais elles se font sur le dos de Sheldon, quand ils ne doivent pas supporter ses excentricités. La principale s’incarne sur un Sheldon qui ne quitte plus son lit, et qui envoie un Robot à sa place, démontable en quatre pièces et avec un écran à la place de la tête. Howard se doit alors de le balader, pour le pire et le meilleur. Jusqu’à ce qu’il éteigne l’écran, je me demandais pourquoi il ne le faisait pas. Une fois fait, je me questionnais sur ce qui l’empêchait de l’abandonner quelque part – imaginant que Leonard n’est pas un homme aimant détruire des biens matériels.

Shelbot – comme l’appelle Penny – va donc littéralement s’imposer et alourdir l’épisode. Étonnamment, la scène au restaurant se montre l’une des plus solides, et se termine en beauté avec Steve Wozniak.

Pour terminer, ce nouvel épisode de The Big Bang Theory manque un peu d’humour, tombant un peu trop dans les excès au détriment de l’histoire et d’une certaine façon de Sheldon. Il contient quand même quelques réparties bien senties.