The Big Bang Theory - The Excelsior Acquisition (3.16)

La bande prévoit d’aller à une dédicace de Stan Lee au magasin de comics, mais quand Sheldon découvre qu’il doit payer une amende à cause de Penny, c’est au tribunal qu’il se retrouve ce jour-là.

Après une pause provoquée par les Jeux olympiques (un évènement sportif que j’imagine ne pas être suivi par notre bande de geeks), The Big Bang Theory revient avec un épisode principalement centré sur Sheldon, et rempli de références culturelles – en général assez explicite.

La bonne nouvelle pour ce beau monde est la perspective de rencontrer Stan Lee au magasin de Stuart. Quand Leonard annonce cela à Penny, la demoiselle passe une nouvelle fois pour une idiote de première, ne sachant pas de qui il parle. C’est le genre de scènes, qui j’avoue à tendance à m’agacer. Je peux concevoir que l’on veuille jouer sur le fait que Penny ne maitrise aucunement l’univers dans lequel évoluent son petit ami et sa bande de potes, mais Stan Lee ? Sérieusement ? Il y a eu trop d’adaptations Marvel aujourd’hui pour que la blague puisse être efficace. On atteint le paroxysme quand Bruce Lee s’y mêle, c’est vraiment faire de Penny une cruche, et c’est insultant pour le personnage, qui au fond ne l’a jamais été.

Enfin, le passage de Stan Lee est un évènement clé qui a de quoi pimenter, si ce n’est que finalement, ce n’est pas à la dédicace que nous irons, mais au tribunal avec Sheldon. Dans son tiroir, Howard découvre une amende obtenue alors qu’il conduisait Penny à l’hôpital et il se trouve qu’il doit payer la note le fameux jeudi où Stan Lee vient signer des comic books.

The Excelsior Acquisition se construit donc autour de Sheldon, avec la classique recette de mettre le personnage dans une situation particulière, pour jouer sur sa personnalité et faire ressortir ses extravagances. La force de l’épisode est de ne pas faire trop de surplace. Du speech préparé à Penny, on atterrit au tribunal, puis en prison, avant d’enchainer avec la véritable rencontre avec Stan Lee.

Nous avons le droit à quelques répliques efficaces, dans un épisode qui n’est pas désagréable à suivre, mais qui ne délivre pas réellement ce qu’on pouvait attendre de lui. En fait, le tout manque singulièrement d’exubérance – ce qui n’est finalement pas si rare dans cette série. Penny, qui accompagne Sheldon tout du long, s’en sort assez bien, et on retiendra la fin, quand elle se barre en courant !

A côté, Leonard, Raj et Howard ont deux-trois scènes ensemble, offrant avant tout l’opportunité au second cité de s’exprimer. Raj a un nouveau tee-shirt, qui fait de la musique, et cela fournit une scène d’introduction plutôt efficace, avant de perdre quasiment toute sa force comique juste après le générique (avec une exception pour Law & Order, cela fera toujours rire, qu’importe la série!). Heureusement, l’exploitation du tee-shirt s’arrête là pour lancer Raj dans une énumération de noms de personnages de comics – Peter Parker, Sue Storm, Matt Murder, Green Goblin, etc … – qui fera assurément plus rire le lecteur de comic books que le novice. En tout cas, j’imagine. C’était drôle au tout début (et c’est un détail qu’il est facile de noter à la lecture des ouvrages), mais cette blague va aussi s’essouffler.

Enfin, c’est simple, après sa pause, The Big Bang Theory revient avec un épisode qui est somme toute sympathique, mais qui ne se révèle pas aussi concluant qu’on aurait pu l’espérer.