Suite à la rupture de Leonard et Penny, Sheldon dissimule à son ami qu’il continue à voir sa voisine de palier, de peur de le vexer.

Il en a fallu du temps, mais Leonard et Penny sont officiellement séparés. Maintenant, il faut gérer cette rupture de façon à remettre en place une dynamique fonctionnelle entre les protagonistes pour que la jeune femme retrouve une place dans l’histoire. Enfin, tout ceci ne comprend aucunement Raj et Howard, qui sont donc encore une fois en retrait et sous-exploités.

L’épisode ne va pas véritablement faire dans l’originalité, rejouant une nouvelle fois avec l’idée que Leonard et Penny font office de parents auprès de Sheldon. Pour le coup, c’est comme si nous avions un couple qui devait réussir à se mettre d’accord sur la garde conjointe de l’enfant, avec l’un donnant des conseils à l’autre, et vice versa. Bref, ce type de mise en scène ne me séduit pas particulièrement, et Sheldon semble perdre une partie de sa personnalité pour se transformer en petit enfant presque timide pour servir les intérêts des autres personnages. Ce n’est donc pas très concluant.

Pourtant, l’histoire ne démarrait pas trop mal, avec un début d’épisode où Sheldon ment à Leonard et Penny ayant peur de vexer son ami en fréquentant son ex, après qu’Howard lui ait fait comprendre qu’il devait forcément choisir un camp. Cela n’est bien évidemment pas trop en accord avec la nature de Sheldon. Quoi qu’il en soit, les premières scènes fonctionnent pas trop mal, et si l’épisode avait continué sur cette lancée, l’ensemble n’aurait pas été trop mal.

La suite – évoqué plus haut – va donc alourdir l’histoire et tomber dans des travers classiques à la série. Il y a dans l’ensemble quelques bonnes répliques – dont le  » the whole thing seems a little twisted to me, too » de Howard.

Ce nouvel épisode de The Big Bang Theory s’attèle donc à mettre en place l’après-rupture de Leonard et Penny. Ce n’est pas ultra efficace, mais quelques moments se révèlent sympathiques et l’ensemble reste annonciateur du retour de la série vers une meilleure dynamique de groupe qui avait été chamboulée à cause de la fameuse relation.