La relation entre Sheldon et Amy met le groupe à rude épreuve, mais quand ils rentrent en conflit, Leonard réalise que son ami est plus attaché à la jeune femme qu’il veut bien le prétendre.

Si cet épisode de The Big Bang Theory est une nouvelle fois orienté sur Sheldon, ce dernier ne va pas monopoliser l’écran, et l’histoire se montre au moins solide dans son utilisation de tous les personnages, parmi lesquelles on trouve aussi Amy et la mère de Sheldon.

Le problème de The Zazzy Substitution n’est pas sa qualité, autour de laquelle je reviendrais après, mais le fait qu’en le regardant, le personnage d’Amy semble déjà montrer ses limites. Il parait quelque peu évident à ce stade de la série que l’équipe créative rencontre de grosses difficultés quand il s’agit de développer la vie privée des protagonistes, et leur trouver des petites amies adéquates. L’idée d’amener un personnage comme Amy est on ne peut plus séduisante, et la première scène au Cheesecake Factory est là pour montrer qu’elle peut fournir du rire, mais il faut avouer que j’ai une réelle incapacité à m’attacher au personnage. Elle se montre même plus ennuyeuse qu’intéressante.

Quoi qu’il en soit, ce sera elle l’instigatrice de l’épisode, vu que sa dynamique relationnelle avec Sheldon n’est pas forcément au goût de tout le monde. Pas que Leonard soit contre le fait que son ami a une vie privée, mais Amy étant d’un naturel désagréable, il préférerait que cela se passe loin de lui. Difficile de le contredire. En tout cas, cela fournira à Leonard quelques dialogues piquants, et occasionnera des scènes sans Sheldon. Même si la majorité de la conversation tourne autour de lui, même quand il n’est pas là, j’ai bien apprécié de voir le groupe sans lui, de même que se faire du souci. Howard est par ailleurs une nouvelle fois excellent. Si Raj semble actuellement n’être que l’huile pour alimenter le feu de son ami, ce n’est point grave, car quasiment chaque réplique de Wolowitz fait mouche.

La force de l’épisode est clairement d’avoir une intrigue progressive. On ne fait pas de surplace, et après avoir établi qu’Amy était d’une arrogance quasi imbattable, cela va venir percuter l’ego de Sheldon quand ils ne pourront se mettre d’accord sur celui qui a le travail le plus important. Ils se séparent alors, et cela a des conséquences, Sheldon comblant le vide par des chats. Plein de chats ! Après quelques bonnes blagues, pour faire face à la crise, Leonard appelle sa mère, et il ne lui faudra pas trop longtemps pour manipuler toutes personnes autour d’elle. Sobre, mais brillante, voilà ce qui définit Mary Cooper dans cet épisode, qui vient résoudre la situation et mettre un joli point final à cet épisode.

Ainsi, si j’ai tendance à trouver qu’Amy tend à faire un peu baisser le niveau,  The Zazzy Substitution est un épisode plus que sympathique, qui utilise les différents humours de la série, plus caustique ou plus basique.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire