Cathy va se rendre à une réunion de soutien pour les malades atteints d’un cancer. Elle va alors rapidement s’en aller, mais les membres du groupe ne veulent pas la laisser tranquille. Dans le but de connecter avec plus de monde, Cathy invite Andrea, Sean et son amie Daphne à diner.

Cathy refuse donc encore d’annoncer à qui que ce soit qu’elle est malade, ce qui ne fait qu’empirer la situation avec Paul qui fait tout ce qu’il peut pour reconquérir sa femme, mais n’arrive pas à saisir pourquoi elle continue à le rejeter. Et c’est tout à fait compréhensible étant donné qu’elle ne veut rien lui dire. Elle est toujours persuadée qu’aucun des hommes de sa vie n’est prêt à encaisser la nouvelle et on ne peut que douter de cela, car eux aussi ont probablement besoin de savoir pour évoluer comme Cathy le souhaite. En attendant, c’est la confusion et tout le monde spécule.

Ceci ne change donc pas, ce qui ne veut pas dire que l’épisode va être une redite des deux précédents, car si on excepte ce pan de l’histoire qui est un peu figé, There’s No C In Team possède un humour bien plus efficace et développe toujours un peu plus l’univers de la série, notamment du côté de Sean.

Ce dernier a une petite amie, Daphne, qui lui ressemble beaucoup – sauf qu’elle travaille et prend des douches. Sa présence va offrir à Sean l’opportunité d’être perçu un peu différemment, amplifiant ainsi son potentiel pour la comédie, même si, de ce côté-là, Andrea s’impose comme indétrônable. Certes, elle est cantonnée à un rôle qui s’annonce plutôt figé, et d’ailleurs, elle se présente clairement comme un simple accessoire comique, mais elle le fait bien.

Quoi qu’il en soit, Cathy cherchait à connecter avec du monde, car être seule n’est pas facile. Elle se rend à une réunion d’un groupe de soutien qui va se montrer assez ahurissante et volontairement trop absurde pour que le groupe ne se retrouve pas également coincé dans le rôle de l’auxiliaire comique. Le fait est que Cathy finira par parler de son cancer à quelqu’un, mais cela sera presque contre sa volonté. L’important est qu’une étape est franchie.

Avec ce troisième épisode, The Big C semble plus solide et son ton s’affirme pleinement. La série manque toujours un peu de direction, ce qui n’est pas étonnant vu l’état de doute dans lequel se trouve Cathy. Cela dit, les personnages secondaires paraissent de plus en plus destinés à être figés dans leur coin, chacun servant sa propre routine scénaristique. On peut donc espérer que cela va rapidement évoluer dans un autre sens et que des storylines secondaires vont apparaitre pour leur permettre d’avancer.