The Borgias : une Histoire de famille

21 Fév 2017 à 18:30

Alors que les Médicis étaient devenus les Maitres de Florence, la famille Borgia allait prendre le contrôle du Vatican pour devenir « la première famille criminelle de l’Histoire ». Pour Showtime, il était question de trouver une série pouvant prendre la suite à The Tudors (2007-2010). Pour le réalisateur Neil Jordan qui n’avait jusque-là pas vraiment travaillé sur une série télévisée, c’était enfin l’opportunité de porter à l’écran un récit qu’il cherchait à mettre en image depuis le début des années 2000.

Co-production internationale filmée en Hongrie, la série nous relate l’histoire de la famille Borgia, menée par Rodrigo (Jeremy Irons), le patriarche qui va devenir le pape de Rome en 1492. En découlent des meurtres, des complots, du sexe et de la tragédie familiale.

Guerre de Pouvoir

Pouvant être définie comme une petite série historique relatant une grande Histoire, The Borgias traite des aspirations des membres de la famille qui ont des désirs qui ne pourront jamais être totalement assouvis ou presque. Une fois Rodrigo Borgia au sommet après avoir été élu Pape — devenant Alexander VI —, il faut se battre pour rester en place. Le plus grand mal n’est pas forcément la menace extérieure, car il est rapidement évident qu’ils sont leurs propres ennemis.

Comprenant 3 saisons, la série s’articule sur un plan politique autour de multiples alliances et conflits, incarnation d’une lutte de pouvoir en Europe — et tout particulièrement en Italie où les Sforza s’imposeront comme des adversaires aussi fascinants que coriaces. Seulement, rares seront les occasions où la série saura dépasser ses propres limites, manquant régulièrement d’une certaine forme de grandeur pour que le récit puisse totalement s’épanouir.

The Borgias s’illustrera sans conteste bien plus quand elle pourra s’enfoncer dans des recoins plus sombres et développer un angle plus intimiste — et tout aussi meurtrier. Pour cette raison, la seconde saison se distingue grâce au conflit entre Cesare et Juan, les deux fils Borgia ; le premier souhaite désespérément l’amour de son père et désire au fond tout ce que son frère obtient sans avoir rien à faire. C’est une guerre fratricide qui peut se dérouler dans les couloirs du Vatican. Ce drame familial n’a besoin de rien d’autre que du talent de ses deux interprètes (François Arnaud et David Oakes) et d’une véritable vague émotionnelle pour fonctionner. Les tempéraments des deux hommes ont été suffisamment exposés en saison 1 pour qu’ils puissent prendre de l’envergure et dominer en saison 2.

Cesare et la famille

Dès les débuts de The Borgias, Cesare Borgia s’impose comme le personnage central. C’est à travers lui que l’on peut définir la plupart des relations avec les autres figures de la série et qui donnent vie à la grande Histoire — même s’il faut reconnaitre quelques excellents moments papaux à Rodrigo. Aux côtés de Cesare brillera du début à la fin Michelotto Corella (Sean Harris), son tueur personnel qui l’aide à maintenir les Borgia au pouvoir.

Lucrezia Borgia est alors sans aucun doute la moins chanceuse du lot, qui aurait finalement peut-être gagné à ne jamais voir sa famille autant s’élever. Présentée comme un être pur au départ, elle va évoluer pour devenir une femme aussi faillible que sûre d’elle. Cependant, Lucrezia est avant tout bonne à être mariée pour créer des alliances et elle est prise dans des conflits plus qu’elle n’y participe activement.

Tout ou presque pour elle se déroule sur un plan romantique, à commencer par le lien particulier qui la lie à son frère Cesare, les deux ayant des sentiments qui vont au-delà d’une relation fraternelle. Si le jeu et la beauté d’Holliday Grainger donnent parfaitement vie à la personnalité de Lucrezia, la jeune femme occupera trop régulièrement une position de sujette plus que créatrice d’histoire.

***

The Borgias mettait en scène des personnages souvent fascinants, mais qui ne bénéficiaient pas toujours de l’espace pour s’épanouir. Rien n’est plus étouffant qu’un décor qui ne permet pas de donner toute l’envergure nécessaire à une scène. Durant les trois saisons rares furent les moments où la série a su complètement s’élever pour devenir vraiment puissante et dépasser ses défauts qui se ressentaient particulièrement dans sa difficulté à trouver un équilibre entre complot politique et enjeux sentimentaux. Malgré tout, le show sera parvenu, sur fond de grande Histoire, à raconter avec un certain succès celle d’une famille menée par l’ambition et la recherche d’amour. Elle ne sera malheureusement pas vraiment conclue, l’annulation ayant coupé le récit avant son dernier acte.

The Borgias, de Neil Jordan. 3 saisons, 29 épisodes
Avec Jeremy Irons, François Arnaud, Holliday Grainger, Joanne Whalley, Lotte Verbeek, David Oakes, Sean Harris, Peter Sullivan, Simon McBurney, Steven Berkoff, Aidan Alexander, Julian Bleach, Thure Lindhardt, Gina McKee et Colm Feore. Diffusée du 3 avril 2011 au 16 juin 2013 sur Showtime.
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link