The Closer : There is no substitute for sugar…

Fraichement arrivée d’Atlanta, la détective Brenda Leigh Johnson, ancienne agente de la CIA, prend la tête d’une unité spéciale de la police de Los Angeles, spécialisée dans les affaires criminelles jugées prioritaires. Avec ses méthodes toutes personnelles et un caractère bien trempé, elle doit faire ses preuves auprès de son équipe, plutôt sceptique au premier abord. Mais Brenda se révèle vite excellente lorsqu’il s’agit d’amener les suspects à passer aux aveux…

Ce 13 août dernier, la chaine TNT diffusait le final de l’un des shows les plus populaires du câble. Avec 7 saisons pour un total de 109 épisodes, The Closer vient donc définitivement de quitter le petit écran pour laisser sa place à un spin-off, Major Crimes, où Mary McDonnell reprend les rênes du service. Chose inhabituelle dans le monde d’Hollywood – où la tendance est plutôt à la surexploitation – c’est l’actrice principale qui a demandé l’arrêt de la série. L’époustouflante Kyra Sedgwick préférait dire adieu à son personnage de Brenda Leigh Johnson lorsque le show était toujours populaire.

The Closer fait donc partie des séries qui marquent définitivement une époque. De par sa qualité tout d’abord, que ce soit au niveau des acteurs qui sont irréprochables ou sa réalisation toujours soignée. De par son originalité également avec ses mises en scène particulières (qui en feront une marque de fabrique) et son casting récurrent très important. Et enfin, de par son ambition à toujours offrir des intrigues policières de qualité et une certaine réflexion sur le système judiciaire américain. Difficile donc, au cours de ces 7 saisons, de ne pas tomber sous le charme du service des Crimes Majeurs et de ceux qui le composent. La série aura même le mérite de s’essayer au style comique, mais les rares réussites ne seront dues qu’au loufoque et incroyable duo formé par Provenza et Flynn, coincés dans des situations absolument hallucinantes et parsemées de petites perles telles que : « I’ve been waiting my entire career to say this… The butler did it. »

The Closer doit donc beaucoup à ses personnages, à commencer bien sûr par le rôle principal, interprété par Kyra Sedgwick. Personnage travaillé avec justesse, Brenda Leigh Johnson se révèle infiniment complexe au fil des années, tantôt en femme de cœur et d’esprit, mais bien souvent en savante manipulatrice. Toujours impeccablement habillée, avec un rouge à lèvres un peu trop coloré parfois, armées de sa paire de lunettes, de ses Ding Dong (chocolats fourrés) et de son grand sac fourre-tout, elle se joue des criminels les plus endurcis et les amène à avouer. En perpétuelle course contre la montre, cette perfectionniste jongle entre sa vie amoureuse (Fritzy !), ses parents (avec qui elle entretient des relations fusionnelles) et son encombrant métier.

Et c’est sans surprise que celle qui se targue dès le premier épisode de « I never bluff, Sergeant. I merely express my optimism forcefully » a, au cours de ces 7 années, été bien souvent à la limite de la loi. Avec le criminel Terrell Baylor, cette ligne sera franchie entrainant l’équipe des Crimes Majeurs dans les affres de la justice, et réussissant du même coup à rendre les dernières saisons tout simplement haletantes. Bien sûr, The Closer ne serait rien sans cette incroyable équipe : le truculent Provenza, l’irrévérencieux Flynn, l’inoffensif Buzz, le peu souriant Sanchez, le trop bavard Tao et l’éternel sérieux Gabriel. Rajoutons à l’environnement du service le maître dans l’art de retourner sa veste en la personne du Commandant Taylor, celui qui tente de brider Brenda par tous les moyens, le chef Pope et celle qui essaie de maintenir une certaine paix, le Capitaine Raydor.

On pourrait cependant arguer que le nombre d’enquêteurs parait incongru (même lorsqu’il s’agit de VIP assassinés) et que bien souvent, il y a une impression de remplissage lorsqu’ils ne servent que de faire-valoir ou de spectateurs aux performances de leur chef dans la salle d’interrogatoire. Mais alors que ces facteurs auraient pu être un frein au développement de la série, The Closer, par cette construction centralisée sur notre héroïne, en a tiré une force, amenant les téléspectateurs toujours plus « proches » de Brenda en n’ayant que peu accès à la vie personnelle des autres membres.

Alors pour tous ceux qui souffriraient du départ de The Closer du petit écran, il est toujours possible de se rabattre sur les éditions DVD disponibles en France (jusqu’à la saison 6). Ou encore de s’intéresser au spin-off, Major Crimes, même si sa création tient plus de raisons économiques que d’une volonté des fans de ne pas voir le service des crimes majeurs refermer ses portes définitivement. Mais en mémoire de la formidable aventure de Brenda et de ses collègues, laissons tout de même le bénéfice du doute à ce nouveau show, et souhaitons-lui une aussi longue et fructueuse route que son aînée.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link