Sophia est prise au piège par les soldats de Martinez. Pour illustrer sa force, elle va ordonner la destruction d’un monument national. Sean et Vicky se rendent en France, sur les traces de Dempsey.

The Event se poursuit, décidé à donner de l’ampleur à ce qui oppose le peuple de Sophia à Martinez. On ne peut pas dire que l’ensemble soit traversé d’une logique infaillible, mais la scène finale a le mérite d’effacer quelque peu les indécisions qui parsèment l’épisode.

Avant d’en arriver là, il faudra quand même endurer quelques moments trainant en longueur, mais principalement un séjour en France pour Sean et Vicky. La nouvelle direction pris par le jeune homme peine à convaincre, et il n’y a alors que Dempsey pour pouvoir encore tenter de possiblement me sortir de la torpeur que les scènes en France provoquent – et encore, ce n’est pas comme si cela se montrait des plus concrets à ce stade. Le temps parait n’avoir aucun impact sur les évènements dans The Event, ou alors les scénaristes persistent à ne pas vouloir s’en souvenir ! En tout cas, le vol de Sean et Vicky fut particulièrement court, et peut-être ne pas les voir (ou quasiment pas) pendant cet épisode aurait pu être plus judicieux que d’avoir le droit à quelques approfondissements sur l’historique de Vicky qui ne fait que nous rappeler à quel point il est étonnant qu’elle ne cherche pas à véritablement reprendre le contrôle de son existence – elle doit connaître suffisamment de techniques pour positionner Sean dans une position plus qu’inconfortable et le pousser à arrêter son chantage.

Enfin, l’épisode fait l’erreur de ne pas directement reprendre sur son cliffhanger, mais il faut aussi dire que les menaces ne vont pas tout de suite se mettre en action. En fait, pour ne pas trop changer, le Président fait preuve d’une indécision certaine, jonglant entre sa volonté d’agir et l’absence de décision allant dans ce sens. Pourquoi se donner la peine de donner un délai à Sophia après tout ce qui a été traversé ? Ces tergiversations vont alimenter les deux côtés, bien que Sophia soit clairement mise au pied du mur à plusieurs reprises, comme Martinez, chacun étant destiné à faire ce qu’il a à faire, car personne ne fait de concession ou met à plat la situation.

Conséquence : Sterling a le temps d’avoir un éclair de génie et de ramener à la surface l’ambigüité de Simon, pris dans un piège dont il n’a même pas connaissance. Son infiltration le place aux premières loges pour comprendre les motivations de Martinez, tout comme il ne veut que le bien de son peuple – par la voie pacifique et sûrement pas par la destruction du Washington Monument, une cible qui ne s’écroule pas comme on aurait pu l’imaginer (soit par le bas et non par le haut) et qui a un impact plus que limité. Il y avait bien mieux à détruire. Quoi qu’il en soit, de par sa position, Simon mériterait clairement d’être enfin remis sur le devant de la scène.

Force est de constater qu’à l’image du précédent épisode, c’est dans sa dernière ligne droite que l’épisode parvient réellement à s’affirmer, cette fois-ci avec de la mise à exécution des ordres de Martinez alors que le peuple de Sophia cherche à s’enfuir. Voilà de quoi réellement faire monter les enjeux, car après cela, plus personne ne devrait prendre le temps de discuter avant de tirer (on peut espérer !). Dans quelle direction Sophia va-t-elle envoyer son peuple pour assurer sa survie ? Réponse possible au prochain épisode !

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire