Le Président Martinez interroge Michael, espérant pouvoir obtenir de nouvelles informations. Dans sa fuite, Sean est blessé, poussant Leila à utiliser des moyens drastiques pour le soigner.

Si au point de départ, la formule de The Event promettait plus que de simples flashbacks servant à étoffer les personnages et/ou nous fournir des informations pour mieux saisir le présent, on peut aisément en conclure à ce stade de la série que ce n’est plus vraiment le cas. Après Simon et Sterling, c’est au tour du vice-président Raymond Jarvis de passer sur le gril, et d’être au cœur des évènements.

Pour le coup, l’histoire qui nous est racontée a pour but de nous expliciter de façon plus concrète les places de Dempsey et Jarvis dans les évènements qui ont lieu, sans pour autant nous dévoiler les cartes. Jarvis parvient à ne pas trop tomber dans tous les pièges que lui tende le scénario, principalement car il n’est qu’un pion, qu’une personne manipulé, et dont le seul but est de servir son pays, non de participer à un quelconque plan dont on ne sait strictement rien. Le personnage reste sur du basique, ce qui évite de l’enterrer lamentablement, mais ce n’est pas pour autant que l’orchestration se montre véritablement convaincante, cherchant trop à connecter tous les partis. Il y a forcément quelqu’un qui n’est pas complètement honnête, c’est presque une règle d’or, à tel point qu’il est difficile d’être réellement surpris. Pour le coup, la volonté de Vicky de se sortir de sa situation parait être une direction qui a un minimum de potentiel, car elle est possiblement celle qui pourrait fournir des informations plus concrètes, si l’ensemble se montre bien géré.

L’ensemble n’est quand même pas exempt de moments intéressants, la construction de la relation entre Jarvis et Martinez – ou, en gros, comment il est devenu vice-président – étant un bout de l’histoire plutôt bien construit. On peut aussi reconnaître que l’intégration de Dempsey et ce qu’on apprend du personnage se fait doucement, sans trop d’excès, lui laissant le temps de se construire.

Pendant ce temps, Sean et Leila continuent à évoluer de leur côté, et vont sûrement voir tout ce qui est possible et inimaginable leur tomber dessus tout du long, pour entrecouper leur mission et la rallonger autant que c’est permis. Ce coup-ci, Sean se fait donc tirer dessus, et Leila doit alors dégoter un médecin pour qu’il puisse l’aider. Malgré le côté un peu bouche-trou de cette partie, il faut reconnaître à la jeune femme de continuer à démontrer une certaine force de caractère. Ni elle, ni Sean ne sont des personnes qui ont à l’évidence peur d’agir. Il n’y a rien à dire, le destin choisit parfaitement bien sur qui ce genre de mésaventures doit tomber ! Par ailleurs, difficile de passe à travers le fait qu’il ne semble pas évoluer sur la même courbe temporelle que le reste de l’histoire – la nuit, alors que les évènements avec Jarvis ont lieu le jour.

Alors que le gros du morceau de l’histoire continue d’être développé du côté présidentiel, avec un succès variable, mais une progression qui est au moins présente, Sean et Leila continuent d’être perdu dans un mini désert scénaristique, le duo se voyant refuser l’opportunité d’explorer la piste qu’on a bien voulu leur donner (au passage, que devient l’agent Collier ?).