Suite à la disparition du Vol 514, Martinez réclame des réponses à Sophia. Michael ordonne à Sean de s’enfuir, après lui avoir révélé qu’il a vu Leila et que celle-ci a été kidnappée.

Nous avons un avion qui a disparu dans les airs, avant qu’il ne se crashe sur le Président et son personnel. Avec, il y a un certain nombre de questions qui ont besoin de trouver réponses pour que ce qui a été mis en place dans le pilote puisse réellement prendre forme.

The Event ne va pas être trop avare. Certes, il y a des zones d’ombres, quelques explications qui n’apparaissent pas des plus solides, mais dans son ensemble, ce second épisode tend réellement à fournir ce qu’il faut pour ne pas jouer sur les mystères, mais plus sur ce que les informations impliquent. Ainsi, rapidement, nous savons où l’avion a atterri (c’est une nécessité pour la suite de l’histoire), et nous allons aussi apprendre qui sont les responsables.

Ce n’est pas le seul point qui sera développé, car, utilisant toujours son mode narratif nous faisant « voyager » dans le temps, l’épisode exploitera cela de façon à étoffer plus sérieusement certains aspects de l’histoire, à commencer par le kidnapping de Leila. Ce n’est clairement pas la partie la plus solide, car comme l’agent du FBI Collier, on peut se demander pourquoi on s’acharne tant sur la famille de la jeune femme et Sean. Il va clairement falloir que cet angle soit développé, les autres personnages ayant une place bien plus logique dans ce qui se passe. À commencer par Simon Lee, qui gagne certainement en intérêt ici, et qui se pose en pion plus qu’important pour la suite, et en véritable pivot entre les deux parties – les humains et les autres.

Quoi qu’il en soit, la plupart des explications ont au moins le mérite de rendre l’ensemble plus tangible, tout en complexifiant ce qui se passe. La déception majeure se trouve alors avec Sophia, qui après nous avoir lâché un « I Haven’t Told you anything » ne va, justement, rien nous dire de pertinent. L’égo du Président Martinez n’aide personne, et je n’irais pas jusqu’à dire qu’il est déjà encombrant, mais il a quelques difficultés à s’insérer avec consistance dans la trame – Blake Sterling se montrant bien plus fascinant malgré le peu qu’il fait.

Au cœur de The Event, nous découvrons donc qu’il y a une espèce qui nous ressemble, avec une différence génétique de 1%.  Ce peuple se trouve divisé en deux, vu qu’il y a ceux détenus par les États-Unis (et représenté par Sophia) et ceux à l’extérieur. Ces derniers sont responsables de la disparition de l’avion et, alors que nous apprenons finalement qui ils sont (façon de parler), il y a maintenant à découvrir quelles sont leurs intentions, ce qui risque de prendre plus de temps, vu qu’il y a clairement des scissions au sein dudit peuple (je ne crois pas qu’ils aient de nom à l’heure actuelle et il serait bien avisé que quelqu’un leur en donne un). Comme souvent, rien ne vaut un conflit pour monter les enjeux et rendre l’ensemble plus intéressant.

Enfin, si ce second épisode fournit des réponses plutôt bienvenues, il est aussi évident que The Event est encore en train de faire ses réglages, tout en s’exerçant à fournir action et suspense pour maintenir la curiosité du spectateur. Sur certains plans, cela fonctionne et le tout est suffisamment bien agencé pour que la curiosité reste et que l’envie de voir où tout cela peut nous mener motive.