Thomas est déterminé à prendre la place de Sophia au sein de son peuple. Sean et Leila ont une piste à suivre, au sujet d’une enfant qui a été elle aussi kidnappé et qui pourrait les aider à retrouver Samantha.

Après quelques mésaventures peu inspirés, Sean et Leila sont officiellement de retour pour du concret, après un petit coup de téléphone facile de Collier pour leur fournir une piste. Ce ne sera assurément pas la seule facilité de l’épisode, mais qu’importe, car le couple a enfin de nouveau quelque chose à faire, retrouver Samantha étant leur nouveau but à atteindre.

Ils vont donc suivre une piste, celle d’une enfant qui a été récemment retrouvée, s’étant enfuie (moins de détails il y a, moins on se pose de questions, dira-t-on), et étant alors possiblement en possession d’informations qui pourraient permettre au duo de localiser Samantha. En gros, faire le travail de la police, qui doit, d’une certaine façon aussi le faire, mais cela, on ne peut que le supposer, vu que Sean et Leila évoluent complètement déconnectés du reste (sait-on jamais, un journaliste pourrait en parler aux informations).

Quoi qu’il en soit, il n’y a pas réellement de gros retournements de situations imprévisibles, mais le fait que le couple se voit réattribuer du concret est déjà largement suffisant pour les faire sortir du bourbier scénaristique dans lequel il se trouvait et redonner un brin d’intérêt à leur histoire, qui a là le mérite d’être suffisamment bien rythmé pour intéresser, bien qu’elle soit au second plan.

En effet, ceux qui occupent les devants, ce sont Thomas et Sophia, où une relation mère-fils de pouvoir établissant la dirigeante comme une femme qui est loin d’être moralement aussi irréprochable que le début de la série le laissait transparaitre. Son fils est un ambitieux peureux, qui cherche à se débarrasser de sa maman, entrainé comme il se doit par une autre femme de poigne, Isabel. Thomas n’est pas le fils à maman, car il est évident que son envie de prendre le pouvoir n’est pas fausse, même s’il a besoin de quelqu’un pour le pousser à agir, mais nous n’en sommes finalement pas loin, car il est exposé comme assurément moins malin et entrepreneur que tout ce que nous avons pu voir jusqu’à présent quand sa mère se trouve dans le coin. Il n’en ressort donc pas gagnant, alors que Sophia se montre assurément bien plus perverse – ce qui n’est pas foncièrement mauvais.

En tout cas, on peut largement trouver là au moins de quoi justifier son autorité, car la force d’action n’est pas ce qui a l’air d’étouffer ses troupes, loin d’être très motivées pour rentrer chez eux, s’inscrivant clairement plus dans la ligne directrice qu’on pouvait supposer. Le problème ne peut, de toute façon, pas être décemment résolu ici, Thomas n’étant quand même pas arrivé là sans rien faire, et il n’a pas de raison de lâcher le morceau.

Le gouvernement est donc mis de côté – il doit y avoir deux scènes au sujet et/ou avec le vice-président – au sein de cet épisode de The Event pour fournir à Sophia et Thomas l’opportunité d’exprimer pleinement leur conflit de pouvoir, et redonner à Sean et Leila du véritable matériel, une action qui était on ne peut plus nécessaire, si on songe au fait que le prochain épisode se trouve être le dernier de l’année.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire