En enquêtant sur une fenêtre brisée, Jack et Dan se retrouvent à enquêter sur un gang de voleurs de voitures. Jack persuade Dan d’utiliser sa voiture et celle-ci se fait voler.

The Good Guys s’installent dans leur case horaire pour l’été. Les présentations ont déjà été faites, ce qui nous permet de nous plonger directement dans l’histoire sans avoir à perdre du temps.

Dans un sens, le fait que l’affaire démarre aussi rapidement est un peu dérangeant, car le duo de policiers est censé ne travailler que sur des crimes mineurs, il serait donc bien que le moindre incident ne conduise pas immédiatement à une grosse affaire. Mais ça sera peut-être le cas une autre fois.

Quoi qu’il en soit, voilà Jack et Dan à la poursuite d’un groupe de voleurs de voitures. On commence par la fin, avec Jack prisonnier par les criminels et on remonte au début. Dan va enchainer les idées stupides, mais certaines permettront de fournir une réelle dose d’humour. Le souci est que quand ça ne fonctionne pas, il est assez lourd. Bradley Whitford y croit, mais ça n’est quand même pas suffisant pour rendre son personnage moins grotesque. Dan a aussi ses bons côtés, ceux-ci ressortant principalement quand Jack est là pour l’aider à se focaliser sur ce qui compte. À partir du moment où ils sont séparés, rien ne va plus.

Il faut dire que The Good Guys va à fond dans son trip caricature des ‘80s, ce qui impose de grosses ficelles et des twists difficilement surprenants. D’un autre côté, cet épisode arrive également à en tirer du positif, notamment au niveau humoristique. Le problème est que tout ceci semble assez limité et il serait bien que la série ne tarde pas à évoluer de ce côté-là.

En tout cas, dans l’ensemble, Bait and Switch va se révéler supérieur au Pilot. Il a ses défauts, mais délivre une plus grosse dose d’humour et Colin Hanks parvient à contenir une bonne partie des dérives. De plus, Steve Valentine fait un méchant à la fois sympathique et crédible, ce qui aide à bien faire passer toute l’affaire. Il est d’ailleurs probable que la qualité des épisodes finisse par reposer uniquement sur le niveau du bad guy de la semaine.

La série est donc officiellement lancée et si elle poursuit sur cette voie, elle pourrait rapidement faire oublier son premier épisode, même s’il y a encore du travail à faire.