The Good Wife – You Can't Go Home Again (1.03)

Le fils d’anciens amis d’Alicia vient la trouver pour lui demander son aide. Il est accusé de meurtre. Elle décide de le défendre, mais à cause de leur relation, ne veut pas être la première avocate sur le dossier. Elle doit alors travailler avec Cary Agos.

Cela sent presque le bon prétexte pour nous offrir l’occasion de découvrir un peu plus sur la vie passé d’Alicia : le fils d’un couple d’amis est accusé de meurtre et vient la trouver pour qu’elle l’aide. Le prétexte, en fait, est sacrément inspiré, car il donne en effet la possibilité d’en apprendre sur l’existence d’Alicia avant le scandale, mais cela ne se fait aucunement intrusif. C’est d’ailleurs l’occasion rêvée pour donner un peu de place à Cary (Matt Czuchry), et découvrir quel type d’homme se cache son visage de jeune premier sûr de lui.

Tout est définitivement une question d’équilibre, et l’épisode réussit parfaitement sur ce plan-là. Un léger bémol peut-être avec Grace Florrick, qui est un peu répétitive ici, mais c’est un détail.

Kenny Chatham est accusé de meurtre, entrainant Alicia à devoir retourner dans son ancien quartier. Si les conséquences du scandale étaient psychologiquement palpables, les répercussions sur les enfants et le style de vie, un peu moins. Jusque là, et cet épisode tend à confirmer cela, le plus difficile pour Alicia fut sans conteste l’adultère de son mari, plus qu’autre chose. Elle possède une certaine force de caractère qui semble l’avoir poussé à prendre la situation avec un certain calme, et sans excès. On sait bien peu du passé de l’avocate, cet épisode nous fournit ainsi un aperçu du bonheur d’avant. Elle formait avec son mari un couple heureux, qui ne laissait aucunement présager la suite des évènements. Pour les enfants, pour le moment, il y a eu rupture. Habitué à un certain style de vie, le déménagement a entrainé tout un changement, à commencer par la perte de vue de leurs amis. On imagine déjà la suite, quand il faudra se pencher sur l’impact des racontars sur leur quotidien.

Alicia n’a peut-être pas toujours pris la situation avec le même sang froid, mais en tout cas, c’est avec cette mentalité que l’on découvre les choses. Quelque chose de fort utile dans son métier. Elle n’a ni les prétentions, ni l’arrogance que peuvent posséder les jeunes issus des hautes sphères, profil qui colle bien à Cary Agos. Il est ambitieux et novice. C’est ainsi qu’on peut le voir. Sa collaboration avec Alicia va donc passer par quelques désaccords, en même temps qu’elle lui fournira sa première intervention dans un tribunal. Il a sans conteste un talent pour la négociation, qu’il a cultivé, en défaveur des procès. La prise de risque ou le sens de la justice n’est donc pas son créneau. Il n’est donc pas homme à partir en croisade pour autrui, bien plus pour obtenir une promotion.

Ce troisième épisode confirme donc que The Good Wife s’annonce comme une série de qualité.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire