Alicia défend Sloan, une pop star accusée de conduite en état d’ivresse. Mais l’affaire se complique, lorsque les charges sont changées en tentative de meurtre. Pendant ce temps, la campagne de Peter est en difficultés quand le Comité Démocrate lui demande de se retirer de la course au poste de procureur.

Voilà un épisode qui explore plusieurs des thèmes de prédilection de la série: la loyauté, la confiance, et la famille.

Première chose, le casting de la star pour pré-ados Miranda Cosgrove (iCarly) pouvait laisser sceptique. De manière générale, on peut d’ailleurs observer que cette saison 2 se veut plus grand public, que ce soit dans les choix des thématiques, les guest stars, ou le traitement des affaires. Néanmoins, cela n’enlève rien à la qualité de l’ensemble, et cet épisode ne déroge pas à la règle. Cosgrove fait un travail tout à fait honnête dans un rôle taillé sur mesure par les brillants scénaristes de la série.

On se retrouve donc à nouveau plongé dans l’univers médiatique des célébrités, mais le point de vue change. Jusqu’à présent, on avait surtout vu une approche adulte de la chose, mais là il s’agit d' »enfants ». Les guillemets sont de rigueur, car il s’agit d’enfants se comportant comme des adultes. Ou alors, et tout le paradoxe est là, des adultes essayant de rester « jeune », comme la témoin mentant éhontément sur son poids et son âge.

Une génération en perte complète de repères qui doit à tout prix perdre son innocence (comme le dit Sloan) pour continuer à exister médiatiquement – la seule forme d’existence qui compte. Pour illustrer cela, les scénaristes convoquent intelligemment Grace qui va peu à peu être aspirée vers ce monde de paillettes. Elle est à un âge délicat, et Alicia le sait bien. Son échange de regard avec la mère de Sloan à la fin exprime toutes ses angoisses et peurs de mère. Heureusement, la conclusion se veut optimiste, et Grace reste encore dans l’enfance, elle veut même devenir avocate. Un épisode qui explore d’autres facettes du personnage, sans pour autant le dénaturer.

Alors que le juge joue aux « chaises musicales » dans son tribunal, Lockhart Gardner n’en est pas loin non plus. Le jeu des alliances entre partenaires se complique encore plus avec le retour de David Lee. On a à présent deux camps aux forces égales : Will/Bond contre Diane/Lee. Le plan de Derrick est ambitieux, mais n’est apparemment pas pour tout de suite. Cette histoire n’a donc pas fini de surprendre.

Toujours dans la série retournements à la chaîne, nous avons la campagne de Peter qui s’annonce définitivement corsée. Alors qu’il lutte pour obtenir le soutien du pasteur Isaiah, il ne se doute pas que Wendy essaie de lui subtiliser Eli. Si ce dernier restera loyal à Florrick (question de confiance), il n’en est pas de même pour le pasteur Jeremiah qui contourne la décision de son fils. Bel esprit de famille! Si même les pasteurs se mettent à faire des coups en douce… Le plus ironique dans tout ça, c’est qu’ils font passer la politique avant la religion.

Bad Girls est un épisode solide. Wendy Scott-Carr devient un peu plus menaçante et, comme on pouvait le suspecter, ses méthodes ne sont pas blanches comme neige. Du côté de Lockhart Gardner, l’avenir n’est pas plus clair, et il faudra attendre pour en savoir plus.

avatarUn article de .
2 commentaires