Carry s’arrange pour relancer le procès d’un réserviste accusé du meurtre de sa, procès qu’il vient de perdre. Pendant ce temps, Glenn Childs emploie des moyens douteux pour faire capoter la campagne de Peter.

Double Jeopardy est un épisode moyen,… pour The Good Wife. Car même lorsque la série est moins en forme, le niveau reste élevé comparer au reste de la production télévisuelle actuelle.

Le gros (et seul) problème de l’épisode est l’intrigue autour de la campagne de Peter. Les choses commencent pourtant très bien, je parle du point de vue du spectateur, parce que Mr. Florick est en bien mauvaise position après que Childs ait posté sur internet un clip très suggestif détournant les propos du candidat. La vidéo est très réussie, et il est sympathique de revoir l’ex-call-girl de Peter en train de s’accrocher à sa pseudo-célébrité. C’est over the top et, en même temps, totalement réaliste.

Il s’en suit des scènes avec un Gold, dépassé par les évènements, qui essaie de rectifier le tir : c’est simple, dès qu’il est là, ça marche sans accroc. Mais voilà, les scénaristes ont choisi de mettre en lumière Zach, lui qui était absent du season premiere. Il reprend contact avec la sournoise Becca, ensemble ils vont essayer de se venger de Childs en utilisant son fils et un faux compte Facebook (?!). Il est dommage de voir la série victime de la malédiction des ados à la télévision, ces derniers étant invariablement condamnés à être des boulets. Le pire, c’est qu’il s’est déjà fait avoir la saison dernière ! La situation est consternante au possible, et tire l’épisode vers le bas.

Heureusement, l’affaire du jour remonte le niveau. Will et Alicia se retrouvent à plaider devant le tribunal de l’armée. Les différences entre les procès civils et militaires sont utilisées à bon escient. Cela apporte un vent de fraîcheur, et certaines situations sont tellement effarantes que c’en est presque comique. Les avocats ont beau ne pas être sur leur territoire, ils s’en sortent bien, au final. Un petit bémol, cependant, la structure du procès reste très classique pour la série : enchaînement de coups durs, Alicia qui passe en première position, un twist final qui renverse la balance en leur faveur. Cary commence également à devenir très amer, et il a de quoi.

On aurait pu croire que les auteurs allaient rouvrir le dialogue entre Will et Alicia, mais pour l’instant ils semblent faire l’autruche, même après que celle-ci apprenne qu’il a une liaison.

En attendant, à la firme, c’est déjà le premier conflit entre Diane et Derrick Bond. Ils doivent décider de lâcher un de leurs clients et les penchants politiques de la démocrate vont jouer un rôle important dans l’histoire. Will se retrouve donc au milieu et vote en faveur de Derrick, « trahissant » ainsi son alliée. Il était sûr que cela finirait par arriver, au moins on n’aura pas perdu de temps. Au final, Diane mettra de l’eau dans son vin, histoire de « rentrer dans le club des garçons ». Le cliffhanger fait l’effet d’un petit électrochoc et donne envie d’en savoir plus.

Double Jeopardy est en deçà de ce que l’on peut attendre d’un The Good Wife. La faute à une intrigue Zach peu inspirée, ainsi qu’à un manque flagrant de Kalinda. Néanmoins, l’ensemble reste plus que convenable.

avatarUn article de .
0 commentaire