The Good Wife – Fixed (1.04)

Alicia pense avoir découvert une preuve que l’un des jurés est corrompu, dans le procès opposant leur client à une entreprise pharmaceutique. Elle veut alors creuser la question, tandis que l’avocat de son mari lui demande des informations.

La corruption de jurés est au menu de cet épisode, ce qui va nous permettre de plonger un peu plus dans les méthodes utilisées par les cabinets d’avocats.

Alicia n’est donc pas impliquée de la même façon que d’habitude dans le procès qui a lieu, opposant un homme en fauteuil roulant à une entreprise pharmaceutique. Après la découverte d’un bout de papier, laissant supposer qu’un juré (numéro 2 ou 11) reçoit un pot-de-vin de $35 000, elle va, avec Kalinda, enquêter sur les deux personnes concernées.

La détective occupe pas mal les devants de la scène, car c’est elle qui fera une grande partie du travail, pour déterminer si oui ou non il y a corruption. Tout ceci permet de voir toutes les ramifications d’une situation comme celle-ci, qui a toujours lieu dans de grosses affaires où le verdict devient déterminant pour des milliers d’autres victimes.

Pour le cabinet, il faut peser le pour et le contre, avant d’aller signifier au juge des doutes, surtout quand ces derniers font plus que supposer que l’autre avocat assez hargneux quand même (Chris Bauer) est corrompu.

Et pendant que l’on se questionne sur le système légal, Alicia est confrontée à l’avocat de son mari (Joe Morton), qui use de techniques parfois douteuses. En fait, personne ne semble réellement se rendre compte de ce qu’il demande à Alicia. Pour prouver l’innocence de son mari, il faut démontrer qu’il mentait à sa femme pour dissimuler son affaire. Ainsi, il pourrait être lavé de tout soupçon de corruption. Mais, en plus de sa voir rappeler l’infidélité de son mari, Alicia commence à se questionner sur les actions de ce dernier. Coupable ou innocent ? La réponse à cette question devient fort cruciale quand on lui demande de témoigner en faveur de son mari.

Fixed se déroule surtout en dehors du tribunal, mais n’en est pas pour autant inintéressant, au contraire. En plus d’être bien mené, sa conclusion est plus que bien trouvée. Cette partie est épaulée par la situation d’Alicia, devant tenter d’aider son mari, en même temps que de nouveaux doutes et questionnements font leur apparition. On n’a pas fini de se demander se questionner sur le comportement de Peter Florrick, et c’est tant mieux.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire