Lorsque le gouvernement accuse un conseiller d’avoir accepté un pot-de-vin de la part d’un groupe d’extrémistes islamistes, l’équipe doit passer en revue des heures d’écoutes téléphoniques pour monter leur défense.

Le postulat de départ de l’épisode était original et risqué. La tâche ingrate de l’écoute d’enregistrements téléphoniques est habituellement zappée dans les séries. On a généralement le droit à une scène où les personnages se plaignent, avant de trouver la solution deux secondes plus tard. Mais The Good Wife n’en est plus à un défi près, et va bâtir son épisode sur cette partie peu glamour du système judiciaire.

Mission réussie, puisque cette intrigue fonctionne très bien, en offrant une perspective fraîche, et se retrouve mêlée de façon intelligente à d’autres histoires en cours. Alicia, cloîtrée dans une pièce exiguë et surchauffée, apprend qu’Eli a été mis sur écoute par le FBI. Une des qualités de la série est qu’elle parvient habilement à mêler le professionnel et le privé lorsque l’on s’y attend le moins. Si cette révélation joue, à court terme, sur la relation entre Alicia et Gold, elle pourrait avoir des répercussions plus conséquentes.

En effet, la plus grosse surprise de l’épisode est sûrement l’annonce de Diane qui veut quitter Lockhart Gardner pour créer son propre cabinet d’avocats. On sentait qu’elle préparait quelque chose depuis un moment, sa relation avec Will s’étant progressivement détériorée depuis le début de la saison. Elle désire emmener Eli avec elle, mais lorsqu’elle sent qu’il restera loyal aux Florrick, elle joue la carte des enregistrements. En quoi cela influencera-t-il sa décision ? Diane sera-t-elle punie pour avoir enfreint la loi? Et n’oublions pas que Bond est toujours à Washington.

Mais Alicia n’est pas au bout de ses surprises et apprend que Will lui a laissé un second message vocal, le soir de l’annonce de la campagne de Peter. Julianna Margulies est parfaite dans cette scène où le spectateur est, pour une fois, vraiment seul avec Alicia, qui ne triche pas avec ce qu’elle ressent. Néanmoins, cela ne change pas grand-chose, puisque Will est passé à autre chose. Elizabeth Reaser s’intègre très bien à l’univers, et apporte une agréable touche de fantaisie.

C’est l’effet contraire pour Zach et Becca qui poursuivent leur jeu «politique» à coups de faux comptes Facebook. C’est malheureusement toujours aussi peu intéressant – voire légèrement irritant –, et la tournure teen soap que tout cela prend n’engage à rien de bon.

Enfin, la guerre Kalinda/Blake se poursuit et prend une tournure inattendue. Blake fait porter le chapeau à la détective pour l’agression du Dr. Brooks, avec la batte de baseball qu’elle a utilisé pour saccager sa voiture. Deux intrigues passées se regroupent ainsi de façon adroite, alors que les scénaristes jouent toujours sur la tension sexuelle entre les deux, notamment lors d’une scène établissant un parallèle avec la relation Alicia/Will.

La multitude d’intrigues, ainsi que des développements inattendus font de On Tap un bon épisode de The Good Wife. Dommage que le jeune Florrick vienne une fois encore ternir le tout qui aurait été, sans lui, excellent.

avatarUn article de .
1 commentaire