The Good Wife - Pilot (1.01)

Alicia Florrick voit sa vie être bouleversée quand son mari, un homme politique, est incarcéré à la suite d’un scandale sexuel et d’une affaire de corruption. Son mari en prison, elle reprend alors sa carrière d’avocate après 13 ans loin des tribunaux. Au sein d’un prestigieux cabinet de Chigaco, Alicia doit plaider pour une affaire pro-bono, alors que l’ombre de son mari flotte au-dessus d’elle.

The Good Wife n’est pas la nouveauté de la saison 09/10 qui a fait couler le plus d’encre, mais cette discrétion ne lui a pas été néfaste, car elle fait son entrée par la petite porte, en ayant tout ce qu’il faut pour s’imposer, si le public lui laisse une chance.

Julianna Margulies est donc Alicia Florrick, la femme d’un homme politique qui se retrouve au cœur d’un scandale sexuel, détruisant leur couple, et d’une affaire de corruption, le menant en prison. Après avoir pendant 13 ans été mère et épouse, Alicia reprend le chemin du travail, en reprenant sa carrière d’avocate.

Ce premier épisode va surtout consister à nous introduire à Alicia, sur le plan professionnel et privé. L’équilibre est assez bien trouvé, de même que l’affaire qui va nous occuper aura suffisamment de potentiel pour intéresser. Ce n’est pas toujours très original, mais on ne tombe pas dans les stéréotypes, offrant ainsi suffisamment de consistances pour maintenir l’attention.

Mais, dans tout cela, ce que fait de mieux The Good Wife, c’est prendre son temps. Robert et Michelle King n’imposent pas les faits, mais nous les présentent naturellement. Ainsi, on découvre en temps et en heure le lieu de travail, puis familial, mais on ne force pas l’introduction de protagonistes dans le décor. Alicia est notre épicentre, autour duquel gravitent différents éléments : les avocats (du patron aux jeunes recrues), ses enfants et sa belle-mère, le passé de son mari et sa relation plus que complexe avec ce dernier. Ils n’occupent pas tous la même place, mais font partie intégrante du show. Il n’y a pas de développement forcé, la suite se chargera d’approfondir.

Pour le moment, ce qui nous occupe, c’est le retour au travail d’Alicia. Elle reprend sa vie en main, en allant de nouveau plaider, et l’épisode se concentre avant tout sur cet aspect, en nous la montrant reprendre plus ou moins difficilement ses marques.

The Good Wife réussit assez bien son introduction. Sans être parfait, ce pilote se veut plutôt intrigant. La partie procédurale nourrira l’aspect formula show, tandis que le drame familial apportera ce qu’il faut pour développer une histoire et des personnages solides. Ce n’est pas tous les jours que le petit écran s’intéresse à ce type de scandales, devenu quelque peu commun ces derniers temps. Bien fait, The Good Wife a tout pour être un bon drama.