The Good Wife – Stripped (1.02)

Suite au refus de l’avocat d’état de mener des poursuites criminelles, Alicia et Will représentent une strip-teaseuse clamant avoir été violé à la bachelor party d’un homme d’affaires influent.

Pour sa seconde affaire, Alicia se retrouve à assister Will sur le dossier d’une strip-teaseuse. Sujet qui a déjà fait couler l’encre des scénaristes américains, et qui n’a pas fini de le faire. Nous nous retrouvons avec une femme qui exerce un métier amenant tout de suite des doutes sur la véracité de ses dires. Prostituée, call-girl, strip-teaseuse, même combat.

Devant le refus de l’avocat d’état de lancer des poursuites criminelles, ce sera donc des poursuites civiles qui mèneront à la cour de justice. Deux systèmes différents, et cela a de son importance. Les rouages judiciaires sont assez bien représentés, car, entre ce à quoi a dû faire face Alicia au cours du pilote, et ce dossier, il y a presque tout un monde. De l’importance du juge à la façon dont ils font leur travail, The Good Wife semble avoir pris le parti d’une certaine honnêteté. À l’heure actuelle, on reste encore à la surface, mais les mécanismes du système sont mis en place de façon à tendre à une certaine authenticité. À cela, ajoutons qu’Alicia n’est pas une experte, et que même si c’était le cas, tous les avocats font des erreurs – ces derniers devant en plus s’accommoder des goûts et idées des juges – , il y a des embûches et si cela n’est pas totalement original, ce n’est pas non plus complètement téléphoné, et loin d’être dépourvu d’intérêt.

Le sujet de la strip-teaseuse n’a bien évidemment pas été choisi au hasard, nous ramenant ainsi au scandale du mari d’Alicia, et finalement, aux silences du couple. Peter se demande quand elle va lui pardonner son écart, mais difficile de passer outre quelque chose qu’on ne sait pas, surtout quand elle se met à penser qu’il a eu des rapports avec son actuelle cliente. Sans parler de photos envoyées au domicile familial, mais qui sont tombées dans les mains des enfants, et non de la femme. De là, d’étranges pistes sont lancées, car si le pilote nous laissait entendre l’innocence de Peter sur le plan de la corruption, ce n’était pas le cas pour le scandale sexuel. Enregistrement audio à l’appui. Mais, s’il a trompé sa femme, il n’empêche qu’on peut se poser des questions quand le fils en vient à la conclusion que la photo envoyée est un montage. Déposé devant la porte pour heurter Alicia, quel but y a-t-il à détruire encore plus l’existence de Peter, alors qu’on ne sait même pas si sa famille va réellement survivre à la crise qu’elle traverse ? La vie professionnelle et privée étant bien mêlée, les choses devraient sans conteste être approfondies au fur et à mesure que son dossier deviendra important. On sait à l’heure peu de choses, et on reste concentré sur l’adultère, ce qui touche le plus Alicia, mais c’est inexorablement lié au scandale de corruption qui l’a mené en prison.

Ce second épisode de The Good Wife suit donc les codes du procedural drama, tout en y insufflant suffisamment d’éléments pour donner de la personnalité et de l’intérêt aux évènements.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire