Alicia fait son choix entre rester auprès de Peter ou poursuivre son histoire avec Will.

The Good Wife revient pour une deuxième saison avec, sous le bras, un Emmy (Archie Panjabi) et un Golden Globe (Julianna Margulies). Ce season premiere prouve sans difficultés que la série ne les a pas volés.

Ce qui est toujours agréable lorsque l’on regarde un épisode de The Good Wife, c’est ce sentiment de fluidité apporté par le montage, qui, malgré un épisode très chargé en contenu, ne nous fait jamais nous sentir submergés. Autre force de la série, sa réalisation. C’est elle, combinée au jeu des acteurs, qui construit toute la subtilité du show. Le spectateur doit constamment être attentif pour ne pas perdre une hésitation, ou un de ces regards qui en disent long. The Good Wife ne prend pas son spectateur par la main et c’est tellement bon!

Aujourd’hui, par exemple, on assiste à une scène en apparence anodine: Will parlant basket avec le nouveau partenaire de la firme post-fusion, le mystérieux Derrick Bond. Et soudain, on aperçoit Diane en train de les observer sous la forme d’un reflet: tout est dit. Si Will annonçait en début d’épisode qu’il serait sur la touche, c’est finalement elle qui va être laissée de côté.

Une fusion donc pour Lockhart & Gardner, et par conséquent, du sang neuf pour la série. Derrick ramène certains de ses employés qui se délectent du nouveau scandale sexuel qui inonde les médias. Il est vrai que, de nos jours, ceux-ci sont plutôt communs, et c’est une jolie façon de nous ramener au pilote, tout en nous montrant l’étendue du chemin parcouru.

Alicia est clairement plus sûre d’elle, elle commence a prendre le contrôle de sa vie d’où le titre de l’épisode. Le «générique» fait également peau neuve, Alicia est à présent de face, là encore un détail qui en dit beaucoup. L’avocate a d’ailleurs fait son choix entre les deux hommes de sa vie, et a choisi Peter. Pouvait-il vraiment en être autrement? Nul doute que les scénaristes continueront d’exploiter ce triangle amoureux, mais je pense que même si elle avait écouté le message de Will, effacé par cette fouine de Gold, elle ne l’aurait pas choisi, il est encore trop tôt. Ce qui ne l’empêche pas de regarder ses pieds !

Mais c’est aussi du côté professionnel qu’Alicia s’affirme. L’affaire du jour – un homme assurant sa propre défense en accusant le gouvernement de conspiration – n’est pas la meilleure que la série ait offerte. Elle permet pourtant à Alicia, en la plaçant en temps que consultante, de démontrer son intelligence et sa capacité d’adaptation (le bloc-note). Elle est, dans un autre temps, parfaitement capable de remettre son client à sa place.

Les autres personnages ne sont pas en reste. Kalinda se retrouve affublée du détective privé de Derrick, Blake. Celui-ci est doué, mais les deux se marchent sur les pieds, la jeune femme le repoussera carrément physiquement, geste très primitif, ce qui illustre bien la relation houleuse qui nous attend. Faisons confiance aux auteurs pour que ceci n’emprunte pas une tournure cliché, qui serait indigne de la série.

Peter, lui, est plus amoureux de sa femme que jamais, après être allé la voir plaider, ce qui donne lieu à une très bonne scène dans la salle de bain. Enfin, Eli et Jackie nous offre le moment le plus drôle de l’épisode, même si ce duo n’a plus rien à prouver de ce côté-là.

C’est donc un excellent retour pour The Good Wife, qui sait comme toujours faire évoluer de façon toute naturelle son univers. Cela me ferait presque de la peine pour cette pléthore de nouveau legal dramas qui vont avoir beaucoup de mal à tenir la comparaison.

avatarUn article de .
3 commentaires