Lorsque Will redoute que son client ne reçoive pas un procès équitable à cause d’une dispute personnelle avec le juge, le cabinet engage un consultant qui prétend pouvoir deviner l’issue d’un procès en analysant les expressions faciales du jury.

Le procès est somme toute assez classique pour la série. Le cabinet défend un coupable, le juge est partial, leur adversaire est Cary… La touche d’originalité est apportée par un consultant grassement payé (60 000$ la semaine !) qui décrypte les expressions des jurés pour deviner leur verdict. Si les stratégies de Lockhart Gardner sont toujours aussi délicieusement borderline, c’est bien ce personnage qui éveille l’intérêt. Deux scènes sortent du lot. Tout d’abord celle avec Kalinda où il lui explique que les gens se comportent comme des «chiens dans une meute». Vient ensuite la scène finale où Alicia reçoit une grande leçon d’humilité. La série porte un coup aux soi-disant experts qui portent un regard au mieux condescendant, si ce n’est méprisant, sur leurs semblables. Dommage que cela n’ait pas été plus approfondi.

Il faut dire que l’épisode avait du pain sur la planche. Les scénaristes auraient d’ailleurs pu se passer de l’intrigue autour de la campagne de Peter. Le duo Eli/Jackie fait toujours des merveilles, mais cette histoire de lutte de pouvoir était vraiment dispensable, surtout dans un épisode aussi chargé. Cette partie de la série semble avoir perdu toute l’envergure qu’elle avait gagnée avec l’arrivée de Wendy Scott-Carr.

Mais la grosse intrigue de l’épisode tourne bien sûr autour de Lockhart Gardner, maintenant que le départ de Diane est connu de tous. De ce côté-là, les scénaristes ne perdent pas de temps, quitte à se précipiter. En effet, en l’espace d’un épisode Diane et Will seront passés de rivaux à alliés, Kalinda passe sous les ordres de Blake, puis au-dessus de lui, Cary se voit proposer un travail chez Diane, puis chez Lockhart Gardner… Si ces revirements gardent le spectateur en alerte, il faut prendre garde à ne pas sombrer dans la farce.

Il est également dommage que les scénaristes aient choisi de réunir Will et Diane aussi rapidement, le changement de dynamique aurait été intéressant à explorer. L’accalmie dont parle Will n’est évidemment qu’artificielle, et Bond ne sera pas si facile à faire tomber. De façon similaire, Kalinda parvient enfin à vaincre Blake, mais pour combien de temps ? Cary, lui, pourrait revenir à Lockhart Gardner. Celui-ci a eu du mal à trouver sa place dans la série depuis son départ pour le bureau du DA. C’est assez facile de le faire reprendre son poste ainsi, mais sa nouvelle position au dessus d’Alicia devrait se révéler intéressante.

Two Courts pose donc des bases pour la fin de saison. Dommage que la série ait cherché à trop en faire. Mais, malgré les quelques maladresses ou facilités scénaristiques, le tout reste très plaisant à suivre.

avatarUn article de .
1 commentaire