L’enquête de Linden et Holder se trouve mise en péril par le FBI et une fuite dans la presse des photos de la scène de crime. Mitch est bouleversée quand elle apprend cette négligence. Richmond est déterminé à retourner dans la course.

The Killing nous offre un épisode avare en informations. Pour justifier une quasi-absence de progression dans l’enquête, celle-ci se retrouve de toute façon presque fermée à cause du FBI, qui a autorité sur la police. Ainsi, l’intervention – ou la scène finale du précédent épisode – trouve son origine dans l’investigation terroriste de l’agence gouvernementale. Le meurtre de Rosie Larsen perd alors de la valeur.

Si Linden commence quelque peu à affirmer sa personnalité, ou en tout cas faire preuve d’émotions plus vivaces, la série reste d’une sobriété qui en devient par moment agaçante. Sarah se rebiffe bien plus contre Holder que contre le fait qu’elle vient de perdre son affaire. Il faut dire qu’elle croit que son partenaire serait celui qui a fourni les photos de la scène de crime à la presse – qui ne se prive sûrement pas pour les mettre en une. Au moins, cet épisode saisit l’occasion de lever une grosse part du mystère autour de Holder. Comme le dit Linden, elle aurait dû le deviner, la subtilité n’étant pas le fort de son partenaire ! En tout cas, même en froid, le duo de flics reste assurément solide et le seul point de vue qui parait, même avec si peu de matériel, parvenir à complètement prendre vie.

La famille, et tout particulièrement Mitch, peine à réellement apporter quoi que ce soit au récit. Si la mère se trouve définitivement au cœur, et que Stan tente de la pousser à aller de l’avant, Mitch se complait dans son état à moitié catatonique et plaintif ; certes, elle signifie bien que cela ne fait pas très longtemps que sa fille est morte, mais la série ne parvient pas vraiment à donner une autre épaisseur au deuil.

La partie politique ne se trouve pas mieux logée au sein de ce Stonewalled, et quelques mauvais dialogues (surtout avec Jamie) n’aident pas. Richmond montre une nouvelle détermination pour s’opposer à son concurrent pour la mairie, en même temps que la mort de sa femme brouille sa perception. Au moins, il finit par agir, mais la morale très propre du personnage dans un univers si manipulateur devient un réel obstacle à l’épanouissement de cet angle de l’affaire – dont la connexion avec la mort de Rosie Larsen ne tient vraiment qu’à un fil. Richmond ne parvient pas à dépasser les valeurs qui le définissent pour faire preuve d’une complexité qui manque singulièrement à cette guerre de pouvoir. On perçoit déjà les remords pour accompagner sa dernière décision prise sous le coup de la colère.

Ce nouvel épisode de The Killing n’apporte pas de nouvelles pistes sur la mort de Rosie. L’enquête reste dirigée vers Bennet, avec enfin la possibilité pour Linden et Holder d’aller plus loin grâce à la scène finale… et bientôt (peut-être) passer à un autre suspect.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire