The L Word – Least Likely (6.02)

Alors que Tasha et Alice consultent, Bette retrouve une ancienne amie de fac. Au Hit Club, Helena tombe nez à nez face à son ex Dylan. Max se découvre enceint et Jenny avoue à Shane qu’elle l’aime.

The L Word ou la série dont les scénaristes semblent en grève toute l’année !

Tout ou presque dans cet épisode est fait, écrit, joué en dépit du bon sens.

Commençons par cette consultation surréaliste chez le psy pour Tasha et Alice, laquelle est particulièrement insupportable depuis déjà quelques saisons (et dire qu’un spin-off nous attend sur elle !). Non mais franchement quel thérapeute digne de ce nom renoncerait à des honoraires fameux en assénant 55 minutes après le début de la première séance un : « Non, je ne peux rien pour vous, vous êtes trop différentes, séparez-vous ». Non pas qu’il ait tort le Dan ! Evidemment qu’elles sont l’antithèse l’une de l’autre et que ça ne marche pas. Mais quand même, ce n’est pas très logique.

Dans la vie d’Helena et Bette, c’est la semaine des retours.

La première tombe donc sur son ex autrefois hétéro Dylan, aujourd’hui complètement sortie du placard. D’où grande scène des excuses dont Helena se tire avec toute l’élégance qui la caractérise. Ca aurait du s’arrêter là, mais non ! La voilà qui poursuit Dylan sur le parking, la jette contre une voiture et lui révèle tout le mal qu’elle lui a fait. Consternant sur le papier, consternant à regarder.

Quant à Bette, elle renoue avec sa colocataire de fac (jouée par Elizabeth Berkley, non mais qui va croire que Jennifer Beals et elle ont le même âge ?!) sous les yeux mi amusés mi inquiets d’une Tina clairement mise à l’écart. Chemin faisant, nous apprenons aussi que Bette et sa chérie ont fait une demande d’adoption pour un second enfant (ben quoi, plus d’utérus ?).

Grosse journée pour la belle brune qui doit aussi composer avec le retour de Jodie et l’impact de son œuvre d’art spécial Bette (vue à la fin de la saison dernière) et une vision apocalyptique : Joyce toute nue dans le bureau de Phyllis à laquelle elle demande sa main !

Au chapitre de l’histoire la plus pompée sur une récente une de tabloïds, nous avons Max. Max, rappelons-le autrefois Moira, en pleine transformation en homme qui sort avec un gay, Tom. Et devinez quoi ? Max est enceint(e). Et là une malheureuse question d’ordre sexuelle nous taraude : Tom ne serait-il pas un drôle d’homo pour mettre son ‘copain’ en cloque ?

Terminons avec la fin de la guerre Jenny/Shane. Après avoir ramé comme pas possible pour reconquérir l’amitié de sa cinglée de meilleure amie, Shane jette l’éponge et se prend une bonne claque dans la tronche : Jenny est amoureuse d’elle. Et là où les scénaristes auraient pu traiter ces sentiments naissants avec délicatesse en permettant à ces deux personnages de s’équilibrer, ils foncent droit dans le mur en laissant Shane céder à ses habituels instincts et à Jenny. Idiot.

Least Likely, une leçon (parfois plaisante mais bien trop folklorique) de ce qu’il ne faut pas faire pour tout scénariste débutant. Pas étonnant que tout ça finisse par un meurtre !

avatarUn article de .
0 commentaire