The Leftovers : ceux qui restent (saison 1)

Carrie Coon et Justin Therouw dans The Leftovers

14 octobre. 2% de la population mondiale s’évapore sans laisser de traces, laissant derrière elle des familles, des amants et des amis qui ne seront plus jamais les mêmes. Trois ans après, la ville de Mapleton essaye toujours de se remettre de ce drame inexpliqué alors qu’un culte silencieux du nom de Guilty Remnants décide de ne jamais oublier.

The Leftovers, nouvelle création de Tom Perrotta et Damon Lindelof pour la chaîne HBO, est le genre de série qui laisse définitivement une trace sur son passage. Psychologique plus qu’elle n’est fantastique, elle force à se plonger dans une observation de portraits dévastés par un événement incompréhensible et très certainement irrémédiable. Il n’est dès lors pas question de répondre au pourquoi du comment, mais bien de ressentir. De comprendre ces gens brisés, pleins d’espoir parfois, ou simplement perdus et incapables de passer à autre chose.

Bien sûr, The Leftovers se construit autour du mystère pour avancer d’épisode en épisode. Ce n’est cependant pas celui qui est le plus évident, puisque c’est avant tout l’opposition entre les « Guilty Remnants » et les autres membres de la ville qui se retrouve sous les projecteurs. Un moyen intelligent pour développer et disséquer les personnalités, si bien qu’au final tout le monde compte. Il n’y a ni gentil, ni méchant, simplement des hommes et des femmes qui ont le sentiment d’avoir tout perdu. Et par ce procédé, The Leftovers pousse à un voyeurisme quelque peu malsain. L’empathie prend le dessus sur le besoin de réponses et impose presque de revenir épisode après épisode, malgré le manque d’action ou de cliffhanger. C’est efficace et terriblement bien construit, mais se déroulant également dans une ambiance tellement dépressive qu’il faut adhérer à 100% pour ne pas se laisser submerger par l’ennui.

Dans l’ensemble, l’un des seuls défauts de The Leftovers est de ne pas délivrer la même intensité sur la durée. Certains épisodes paraissent plus faibles que d’autres, au point qu’au bout d’une heure, il est possible de se demander si le temps n’a pas été perdu. Heureusement, ce point est contrebalancé par des épisodes forts qui se centrent sur un ou plusieurs personnages en particulier, pour mieux en comprendre le comportement. Two Boats and a Helicopter ou The Garvey’s at Their Best marquent par exemple par leur subtilité et la manière dont ils répondent à des questions sur des personnages centraux. De leurs côtés, Gladys ou Cairo sont de véritables chocs émotionnels, durs à oublier, surtout le premier de ces deux qui, par la violence de sa séquence d’ouverture et le pathos qui en découle, place la barre très haute et instille un sentiment de malaise qui a du mal à disparaître. Mention spéciale également pour l’épisode Guest, qui permet au personnage de Nora Durst de prendre un virage décisif dans sa storyline et qui révèle tout le talent de Carrie Coon, entourée par une tripotée d’acteurs au jeu sans aucune fausse note.

Au final, The Leftovers est une véritable réussite. Le parti-pris d’en faire un conte psychologique plus que fantastique est ce qui départage la série du lot qui n’a pas peur de plonger son spectateur dans une atmosphère étrange et triste, n’étant pas sans rappeler la bizarrerie de Twin Peaks. Ce n’est néanmoins pas une série si accessible, dans le sens où si des réponses sont attendues quant au mystère des disparitions, la déception ne peut que frapper. The Prodigal Son Returns, dernier épisode de la saison, est d’ailleurs une véritable apologie de l’essence du show. Son côté poétique et ses multiples dénouements soulignent le fait qu’il n’a jamais été question de ceux qui ont disparu, mais bien de ceux qui restent. Qu’ils soient rongés par la culpabilité et la tristesse ou qu’ils se tournent vers l’avenir avec espoir. Un final qui clôture l’intégralité de cette fresque avec brio et qui parvient à rendre honneur à ces destins qui se sont entrechoqués dans le pire moment de leur vie.

La saison 1 de The Leftovers sera disponible en DVD et Blu-ray dès le 1er août.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link