The Man in The High Castle Saison 3 : L’Art de la Résistance

Deux ans se sont écoulés depuis la mise en ligne de la saison 2 de The Man in The High Casle. Cela se révèle n’être aucunement un obstacle pour replonger dans cette dystopie qui se propose de nous dépeindre un monde où les Nazis ont gagné la guerre.

Avec cette fois-ci Eric Overmyer (Bosch) en tant que showrunner, cette saison 3 se veut plus évènementielle que les précédentes sans se départir de sa nature introspective et de son analyse humaine. Elle ne cesse de multiplier les situations servant à décrypter les choix de ses personnages et ce que l’homme est prêt à accepter ou faire pour survivre dans un tel univers.

Avant tout, cette saison 3 de The Man in The High Castle est placée en partie sous le signe de l’espoir — ou celui des possibilités. N’allons cependant pas croire que le désespoir n’est pas omniprésent, car la série nous montre autant de personnages prêts à se battre que de personnes qui ont été brisées par cette réalité.

Juliana Crain (Alexa Davalos) occupe naturellement toujours une place de choix dans l’intrigue, voyant son rôle être mieux défini en terme mythologique. Elle continue ainsi sa quête pour un monde libéré tout en devant se confronter à ce qu’elle représente dans les films. Assisté un temps par Tagomi (Cary-Hiroyuki Tagawa), et parvenant à emporter avec elle d’autres combattants, Juliana donne forme à l’espoir.

Cette saison 3 de The Man in The High Castle ne se limite pas à une seule forme de résistance. En poussant certaines figures dans leurs retranchements, elle montre comme certains peuvent atteindre leurs limites ou tout simplement choisir de montrer comment il est possible de lutter, même à une petite échelle. Tous ne sont pas faits pour prendre les armes, mais ils peuvent néanmoins représenter une autre forme de rébellion (parfois volontairement ou non, et avec des conséquences qu’ils ne maitrisent pas). Cela signifie parfois de s’exprimer sous forme artistique ou de s’opposer à une directive.

La série explore par ailleurs avec parcimonie, mais en allant plus loin qu’auparavant sa mythologie, ses réalités alternatives et le pouvoir de l’information. Comment une image d’un monde meilleur peut inspirer à se battre ou comment façonner le futur à l’aide de la propagande.

L’équipe créative aime interconnecter ses intrigues et ses personnages qui se poussent les uns et les autres dans des directions inédites. Cette saison 3 ne craint pas non plus d’éliminer des figures importantes pour aider l’histoire à évoluer. Il n’y a pas que sous les pieds de John Smith (Rufus Sewell) que le sol soit devenu moins solide, bien des personnages voyant leur mode de vie ou leurs croyances être affectés. La série prend d’ailleurs un peu de temps pour illustrer à la fois différents styles de vie et comment le Reich finit toujours par refermer ses griffes mêmes sur les plus riches d’entre eux.

Cette saison 3 de The Man in The High Castle multiplie ses thématiques : la place de la communauté LGBT sous un tel régime, le deuil, la dépression, la quête identitaire, l’effet du pouvoir, l’endoctrinement, les valeurs ébranlées, la résistance, l’expérimentation scientifique… Le soin apporté aux détails et à l’Histoire vient soutenir tous ces propos qui ne cessent alors de nous dépeindre une réalité aussi palpable qu’angoissante.

L’équipe créative trébuche d’ailleurs parfois dans sa volonté de faire progresser ses nombreuses intrigues, tout comme parvenir à donner de l’intérêt à tout ce qui se passe. La relation entre la journaliste Thelma Harris (Laura Mennell) et la réalisatrice Nicole Dörmer (Bella Heathcote) peine à délivrer sur un plan émotionnel, alors que le résistant Wyatt Price (Jason O’Mara) remplit surtout une fonction d’outil scénaristique au service de Juliana.

En conséquence, il en ressort par moment une certaine frustration, car The Man In The High Castle nous offre des aperçus de cette réalité, mais n’explore pas tous les recoins. Malgré cet état de fait, la série ne perd jamais de son ambivalence et des personnages comme John Smith ou l’inspecteur Kido (Joel de la Fuente) ne cessent, même après trois saisons, de fasciner par leurs positions, leurs valeurs, leurs choix et les conséquences que ces derniers ont eues sur leur existence.

Même si cette saison 3 de The Man in The High Castle possède ses écueils et quelques passages à vide, elle continue néanmoins à bâtir sur ce qui a précédé pour délivrer une histoire toujours plus étoffée et complexe. Entre un espoir qui devient palpable et une oppression latente qui semble ne jamais vouloir lâcher prise, la série donne forme à cette dystopie, ses personnages et sa mythologie pour donner corps à un récit éloquent.


Les trois premières saisons de The Man in The High Castle sont disponibles sur Amazon Prime Video qui a commandée une saison 4.

Le maître du haut château
List Price: EUR 7,60
Price: EUR 7,60
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link