The Mentalist - A Dozen Red Roses (1.19)

Quand un producteur de films hollywoodien meurt, le CBI se retrouve sur l’enquête.

Avec Patrick Jane dans le milieu du show-biz, on s’attendrait à un peu plus de glamour, de paillettes, d’excès, et ainsi, un peu plus de dynamisme. Bon, je veux bien, ce n’est pas CSI, mais le résultat de A Dozen Red Roses est assez décevant.

Nous avons un producteur mort et plusieurs suspects, tous joués – pour ne pas changer à la règle – par des visages familiers, dont Rebecca Rigg. Elle n’aura pas mis longtemps à venir faire la guest dans le show de son mari !

Lisbon se balade avec Jane, tandis que le reste de l’équipe fait le minimum syndical. Elle va donc interroger les témoins, et comme d’habitude, le consultant prend le dessus. Il voit clair dans le jeu de quasi tout le monde, et ça tombe bien, car nous aussi. Tout devient limpide très rapidement, et on sait donc qui est le coupable.

Ceci n’est pas gênant, nous avons l’habitude de connaître le meurtrier avant la fin de l’épisode. Seulement, si nous évoluons dans le milieu hollywoodien, et nous retrouvons en pleine mise en scène, l’utilisation est limitée avec une actrice de talent qui se doit alors de bien mentir, un plateau de studio comme on en voyait déjà il y a 10 ans, sur un lieu de tournage qui sonne étrangement familier. De par le fait que c’est un cliché des films et d’une bonne part des productions qui mettent en scène un tournage.

Ainsi, on passe complètement à côté d’une possible exploitation originale du milieu dans lequel on aurait dû évoluer. En fait, le mort aurait pu être un simple homme d’affaires, cela serait revenu au même.

Résultat, l’épisode se révèle être assez mou.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire