Une inconnue égarée approche Van Pelt et Cho. La jeune femme a perdue la mémoire, et avec Patrick Jane, il remonte le chemin parcouru par l’étrangère pour découvrir des morts.

Il est difficile de ne pas sentir l’approche de fin de saison en ce moment dans The Mentalist, qui peine à nous fournir des enquêtes se démarquant. Disons que deux épisodes d’affilée, c’est un signe qui ne trompe pas.

Ou alors, c’est simplement l’arrivée de la nouvelle chef du CBI qui perturbe le quotidien de nos agents et attire toute la lumière sur elle. Il faut dire que Madeleine Hightower en impose et change les routines en place.

Le bouleversement majeur qu’elle apporte avec elle ce coup-ci, c’est avec la relation Van Pelt-Rigsby, qui se retrouve à devoir choisir : soit ils se séparent, soit l’un d’eux quitte son poste. Le dilemme va être développé tout du long, emmenant Rigsby dans une direction et Van Pelt dans l’autre. Le couple m’a toujours paru un peu trop niais, et les développements faits ici ne vont pas changer grand-chose à cela, ce qui fait que pour le coup, la conclusion me parait appropriée. Elle était prévisible, mais elle réussit surtout à faire son effet avec sa dernière scène, et un Patrick Jane qui se défile devant les larmes de Van Pelt. Une réaction réaliste pour l’agent, de même que pour le mentaliste, n’aimant pas trop affronter la détresse émotionnelle des gens dont il est proche.

Sur cette lancée, on peut dire que son comportement est par ailleurs calme par rapport à ce qu’il nous a habitués, avec le job de Lisbon menacée s’il déraille trop. Si Lisbon n’est pas particulièrement épanouie, Jane n’apprécie pas non plus, cela ayant des conséquences sur son propre bonheur. Cela crée la première collision avec Hightower mais c’est bien calme, cette dernière sachant comment tenir tête à Jane. Il me tarde presque d’avoir le retour de Red John pour voir tout ce beau monde pousser vers ses limites émotionnelles et professionnelles. En attendant, l’équipe s’accommode de la nouvelle patronne, et Jane aussi. Enfin, façon de parler, car ce n’est pas dans son style de s’adapter aux autres, bien au contraire.

Dans tout cela, autant dire que l’enquête policière passionne peu, surtout que le coupable est identifiable à 10 kilomètres. On aura quand même le droit à une petite scène de fusillade plutôt efficace pour pimenter l’affaire.

Aingavite Baa, c’est un petit épisode de The Mentalist tout ce qu’il y a de plus banal du côté de l’enquête, bien compensé par les perturbations qu’a amenées avec elle Madeleine Hightower.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire