Un médecin est retrouvé mort sur un terrain de golf. LaRoche se retrouve en charge du CBI et place Cho à la tête de l’équipe de Lisbon qui se retrouve alors rétrogradé.

Patrick Jane : She does the detecting, I do the insulting.

Après la dernière incursion dans le voisinage de Red John qui couta au CBI sa responsable en chef, The Mentalist est de retour pour une investigation plus standard. Il y a quand même un twist, car J.J. LaRoche est toujours dans le coin et s’est même vu offrir une petite promotion puisqu’il hérite de la place de Hightower. Lisbon ignorant cela, elle va lui dire ce qu’elle pense de lui et ça lui fera perdre son poste à la tête de l’équipe que Cho reprendra pour quelque temps.

On peut dire que ce soudain changement de dynamique dans l’équipe va se montrer des plus rafraichissants. Cho trouve là l’opportunité idéale pour nous dévoiler ce que son professionnalisme et son attitude stoïque peuvent délivrer dans une situation de pouvoir. Il y a une légère confusion au premier abord, mais Lisbon, libérée de sa place d’autorité en profite également pour se détendre et l’épisode va alors se retrouver ponctué de bien plus de pointes d’humour que d’habitude, surtout venant de Cho et Lisbon.

Patrick, lui, a aussi la forme. Plongé dans un service de transplantation où les égos et la compétition sont palpables, il va semer d’un bout à l’autre les graines qui vont générer la discorde et créer les situations idéales pour qu’il puisse montrer, avec le sourire, combien il est malin. Et c’est ce qu’il fait toujours le mieux.

Dans l’ensemble, l’investigation se révèlera tout de même assez classique, les suspects sont nombreux, mais l’enquête évolue de façon plutôt linéaire, et la conclusion ne sera pas vraiment étonnante.

Cela dit, il est difficile de vraiment prendre note de cet état de fait, car l’ambiance générale compense largement le classicisme qui est, de toute façon, devenue une partie intégrante du show.

Bloodstream rebondit donc assez bien après les derniers évènements dramatiques qui ont bousculé la série. La routine n’est pas immédiatement réinstallée et cela nous permet d’apprécier plusieurs personnages sous un jour légèrement différent de d’habitude, tandis que Patrick Jane nous délivre ce qu’on attend de lui. Une recette qui rend l’ensemble véritablement efficace et plaisant.