Le CBI enquête sur un meurtre dans une petite ville, qui se révèle être un acte de vengeance.

Je me plaignais de l’aspect trop prévisible des enquêtes de la série, et voilà qu’on a le droit à un épisode légèrement plus complexe. Je ne dis pas que tout d’un coup, à la fin, on tombe des nues en découvrant le coupable, mais même s’il cela reste évident, on peut reconnaître ici l’effort qui a été fourni.

Il y a toujours des indices et des plans de caméras qui rendent le travail plus facile. D’un autre côté, c’est un peu comme si nous étions Patrick Jane, qu’on nous montre ce qu’il voit, et donc, on déduit comme lui. Oui, nous ne sommes pas stupides, et je soupçonne l’équipe créatrice de la série de savoir que son spectateur sait qui est le coupable très rapidement.

Pour cette raison, et pour rendre la série plus attrayante, il y a toujours le développement entre les protagonistes, et leurs interactions. J’ai beaucoup aimé la scène d’introduction entre Jane et Lisbon, de même que celle où Rigsby, à moitié drogué, confesse à Grace qu’il l’aime et que cette dernière explique pourquoi ils n’iront pas ensemble.

L’épisode développe aussi une thématique : la vengeance. Pour le coup, Jane rentre dans le tas, pour expliciter ses sentiments à Lisbon : quand ils attraperont Red John, il lui fera la peau. Lentement. Il tient cette conversation avec Lisbon, comme s’il était question de pluie et de beau temps, avec toujours son sourire charmeur, ce qui est assez désarmant, il faut bien le dire. Il a une capacité à la séduction, qui empêche d’avoir des sentiments négatifs, ou de le trouver abusif. Puis, plus tard dans l’épisode, il dira que la vengeance est réservée aux fous. Tout Patrick Jane, à dire ce qu’il faut pour servir l’enquête. D’ailleurs, si par moment, on a la sensation que Lisbon est celle qui se fait le moins avoir par son baratin, qu’elle le connaît plutôt bien, par moment, on voit bien qu’elle ne sait pas exactement ce que pense réellement Jane, qui improvise et se met dans des situations assez dangereuses pour démasquer le tueur. Il dit ce que les gens ont besoin d’entendre, ou ce qui est nécessaire de faire pour découvrir la vérité.

Un épisode on ne peut plus divertissant, où nous avons bien sûr le droit à de la mise en scène version Jane pour identifier le responsable.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire