Le père Noël est mort ! En tout cas, un père Noël a fait le plongeon, mais le suicide est rapidement barré de la liste, tout laissant penser qu’il s’agit d’un meurtre. Patrick Jane mène alors son enquête de son côté, alors que le reste de l’équipe suit une autre piste. Suite à la mort qui a eu lieu dans les locaux du CBI, J.J. LaRoche est introduit à l’équipe pour mener l’enquête.

Le père Noël s’invite dans The Mentalist, mais comme nous le dit si bien Patrick Jane, ce n’est pas le vrai ! Cela ne change rien au fait que le CBI a une enquête à résoudre, qui va se partager la vedette avec une autre, dont il s’agit ici principalement d’une introduction.

Si l’épisode pouvait laisser présager que la fête de Noël allait se faire dominante, il n’en est rien, car très rapidement, J.J LaRoche nous est introduit en tant que responsable pour mener l’enquête interne au sein du CBI, suite aux derniers évènements. Son premier suspect n’est autre que Patrick Jane, dont il aura quelques difficultés à questionner.

Il y a en tout cas une réelle volonté de poser solidement le personnage en tant qu’homme n’étant pas sensible au procédé de Jane, ce qui est souvent le cas quand l’histoire se bâtit autour de Red John. Cela ne s’arrête pas là, car le mentaliste a sa propre piste, qui lui fait aller à la rencontre de Virgil, l’ancien patron de Lisbon. On saisit donc l’opportunité au vol de nous montrer où le personnage en est suite à sa démission, et ce que Jane peut tirer de lui.

Le fait est que toute cette affaire va plus ou moins pénaliser celle autour du Père Noël, malgré des débuts prometteurs, nous orientant vers une association de Père Noël. L’enquête passera rapidement à autre chose, ce qui était facile à prévoir dans le sens où, quand Jane s’y intéresse, il choisit de s’orienter vers les alcooliques anonymes. Il y a là la possibilité de jouer avec l’addiction du mentaliste, dont sa drogue est clairement Red John et sa volonté d’avoir sa vengeance sur le meurtrier de sa famille. Il est conscient de cet état de fait, mais cela ne l’empêche pas de manipuler, allant même jusqu’à démontrer sa capacité à contrôler son corps.

Pour le coup, on ne peut pas dire que la série plonge dans un esprit de Noël, exploitant bien trop peu la passion du métier de la victime pour que le sujet puisse véritablement prendre de l’envergure. Cela n’empêche pas l’épisode de se terminer sur une note d’optimisme, mais il apparaît que n’importe quel type d’enquête aurait pu être développé en parallèle aux évènements qui auront un impact de plus longue durée sur la série. La période aura voulu que cela soit orienté sur les fêtes de fin d’année, fournissant ainsi le premier épisode sous cette thématique pour The Mentalist.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire