Sur la propriété ultra-sécurisée d’une juge fédérale préparant l’enterrement de sa mère, un corps est retrouvé et la fille de la juge a disparu. Lisbon et son équipe doivent alors retrouver la jeune femme et découvrir ce qui s’est réellement passé.

Il y a des épisodes dans lesquels Patrick est en mode automatique, pourrait-on dire. Il fait le minimum syndical, ne se sentant pas véritablement concerné par ce qui se passe. Et il y a les fois où il y a juste un petit truc qui va le pousser à s’imposer au premier plan, enchainant les mauvais coups, et s’attirant les foudres de tout le monde.

Pink Chanel Suit entre dans cette catégorie et c’est probablement à cause de la position d’autorité dans laquelle se trouve la mère de la femme disparue. Une juge fédérale qui ne traine pas à brandir la célèbre menace « j’aurais votre badge » ou quelque chose dans le style. Lisbon l’a tellement entendue qu’elle ne peut plus vraiment se sentir concernée.

Jane, lui, il n’en a rien à faire. Tout simplement. Et on peut le comprendre, tout le monde entre dans son jeu et il peut ainsi cabotiner comme il aime tant le faire, et traiter ceux qui ont le pouvoir avec le minimum de respect possible. Il n’aime pas que l’on puisse être plus arrogant que lui, il faut croire. Pourtant, avec un égo comme le sien, ça parait un peu difficile à surpasser, mais c’est surtout le fait qu’une personne puisse prétendre avoir de l’autorité sur lui qui anime sa tendance à être plus que cavalier et présomptueux.

En tout cas, ça a le mérite d’être une bonne source d’animation, surtout que l’affaire du jour pose quelques petits obstacles qui ne demandent qu’à être dépassés. Qui a tué la victime ? Où est la jeune femme disparue ? Et, surtout, comment a-t-elle pu quitter la propriété ?

Plusieurs questions qui trouveront des réponses logiques grâce aux manigances de Jane. Mais il n’est pas le seul à avoir quelques bonnes scènes, car Lisbon et Hightower vont participer et l’aider à mettre de l’animation. Du côté du reste de l’équipe, à l’exception de Cho à la prison, c’est plutôt vide. À croire que fournir une scène à Rigsby et Van Pelt pour qu’ils apparaissent comme de simples adolescents inconfortables serait suffisant pour intéresser. Ça n’est malheureusement pas le cas.

Quoi qu’il en soit, Pink Chanel Suit délivre le genre de divertissement que l’on attend de la part d’un Patrick Jane en forme.