The Mentalist - Red Herring (2.15)

Le CBI enquête sur la mort d’un arrogant chef de cuisine, qui a eu lieu au cours d’une compétition à Napa Valley.

Comme souvent dans The Mentalist, le titre de l’épisode fait référence à sa façon à l’univers dans lequel nous allons nous retrouver : un red herring est un hareng saur – soit un hareng salé et fumé, à l’odeur puissante. J’en conviens, ce n’est pas forcément un vocabulaire que l’on possède, il y a bien plus important à savoir traduire dans la langue de Shakespeare, mais après tout, autant en profiter et se cultiver au passage, et comme j’ai dû rechercher ce que cela signifiait, je partage la découverte avec mon lectorat.

Donc, l’épisode ne va pas disserter sur les poissons, mais nous emmener dans les coulisses d’une cuisine où différentes personnes se livrent à une compétition culinaire. L’un d’eux va passer l’arme à gauche, et cela ne sera pas un accident, mais un meurtre.

Il y avait eu un moment finalement que nous avions eu pléthores de suspects, et cela pimente pas mal le jeu, car si certains passent rapidement sur la liste des non coupables, c’est en partie autour d’eux que les soupçons vont avoir la fâcheuse manie de se tourner, ce qui crée pas mal de doutes, et permet à cette affaire de gagner en intérêt. Ce n’est pas négligeable, car sur le plan de la mise en scène, ce n’est pas véritablement concluant, avec un Patrick Jane trop prévisible, et une équipe du CBI qui reste trop calme et trop dans son coin pour réellement être efficace.

L’épisode va pas mal rester à la surface sur beaucoup d’aspects, et en développer un : celui de l’alcoolisme du mort. Son (ex)-femme prend une place plus importante dans l’histoire, et va servir à fournir au fur et à mesure de nouvelles informations pour rendre le mort plus intéressant que les vivants. Cela offre l’opportunité d’expliciter de manière intelligente que les actions de Jane touchent aussi les non coupables et que c’est plus que trop souvent moralement douteux. Si c’est régulier que la situation soit exposée sous un angle qui lui sauve la mise, il y a aussi des fois où il joue avec des innocents pour obtenir la vérité, et même lui en a conscience et ne peut que se sentir responsable. On ajoute à cela Lisbon et sa bouteille d’alcool – une scène un peu trop classique, qu’on voit venir, mais qui fonctionne quand même.

Red Herring est un peu trop classique dans sa forme, et possède une enquête qui a des difficultés à captiver. Malgré cela, les quelques développements qui nous sont servis se révèlent eux assez concluants et bien intégrés à l’histoire.