Walter Mashburn demande à Jane et Lisbon d’enquêter sur une menace de mort qui a été faite sur un de ses compétiteurs. Ce dernier se fait tuer avant que l’investigation ne commence.

Currie Graham fait donc son retour dans la série en reprenant le rôle de Walter Mashburn, le milliardaire plutôt joueur que l’on avait déjà croisé dans l’épisode Redline (2.13). Cette fois, il n’est pas le suspect, mais la cible, bien qu’au commencement, il est celui qui appelle Lisbon et Jane pour protéger celui qui était destiné à mourir en premier lieu et qui finit d’ailleurs dans une explosion.

Bref, le point de départ est très théâtral, mais il faut tenir la mesure avec un personnage comme Mashburn. Et, dans un sens, c’est ce qui va être fait du début à la fin de cet épisode. Pour ce faire, on plonge pleinement dans l’univers du milliardaire, entre excentricités et violentes compétitions.

Tandis que ce brave Walter tente de séduire Lisbon, tout le monde semble vouloir sa mort. En tout cas, il y a peu de personnes qui ne possèdent pas de motivations à ce sujet.

Quoi qu’il en soit, entre Walter Mashburn et Patrick Jane, la danse reprend là où elle s’était arrêtée et les deux hommes s’amusent comme des fous, insufflant une légèreté indéniable à l’épisode. Lisbon tente de garder la mesure des choses, mais se retrouve rapidement dépassée et va entrer dans le jeu du milliardaire. C’est une orientation presque ambitieuse pour le personnage qui sort ainsi de sa zone de sécurité. Cela dit, si on peut être un peu surpris par la direction qu’elle choisit finalement d’emprunter, il y a une certaine logique pour la justifier.

À côté de ça, Cho, Rigsby, et Van Pelt sont encore et toujours mis en retrait. C’est la ligne directrice de la saison et ça devient naturel au point qu’il ne va bientôt plus paraitre nécessaire de le noter. En tout cas, Lisbon a véritablement gagné grâce à cela, car elle occupe une place plus prépondérante qui lui a justement permis d’être parfaitement exploitée dans cet épisode.

Red Hot possède donc des points forts indéniables, notamment son humour et son utilisation des personnages. L’enquête, en elle-même, parvient à rester assez consistante et a le mérite de posséder une fin plutôt bien amenée