Patrick Jane doit de nouveau travailler avec la voyante Kristina Fry quand le CBI enquête sur la mort d’un responsable d’une organisation combattant le trafic humain.

Kristina Fry avait croisé la première fois la route de Patrick Jane au cours d’une enquête (Seeing Red – 1.07). Elle est de retour, travaillant pour la police, et va donc de nouveau collaborer avec le CBI.

Pour le coup, il est difficile de ne pas faire de parallèle avec sa précédente apparition, tout particulièrement quand il se révèle que la façon dont est exposé le tueur à la fin trouve pas mal de similitudes avec la précédente séance qu’elle avait menée. Ce n’est pas exactement la même chose, mais il y a des ressemblances indéniables.

Quoi qu’il en soit, Kristina va une nouvelle fois être l’occasion de pousser Jane dans ses retranchements, celui-ci ne croyant aucunement aux dons de médium et la voyant en plus parfaitement réussir dans son travail. Elle apporte réellement son aide à l’enquête. Tout ceci est accentué par la mise en place d’une relation plus que professionnelle entre les deux, nous nous orientons vers des sentiments plus privés, qui seront confirmés par la dernière scène de l’épisode, Patrick se jetant à l’eau pour l’inviter à boire un café.

Le personnage de Kristina a ses avantages et ses inconvénients. Son rôle étant de principalement servir l’intrigue policière au départ, elle ne piétine pas là-dessus, et permet à l’enquête de rester toujours à sa façon au cœur de l’épisode. Quand Jane s’oriente vers un témoin ou un suspect, il arrive que l’affaire se retrouve par moment éclipsé, ce qui n’est pas le cas ici.

Mais, il aussi faut dire que le calme de Kristina et surtout ses dons de médium peuvent se révéler agaçant. Elle incarne une sorte d’opposé à Jane, en étant honnête et discrète. Deux adjectifs qu’on ne peut pas attribuer à notre mentaliste. Malheureusement, cela la dessert parfois, la rendant trop discrète, ce qui fait que Leslie Hope doit faire du mieux qu’elle peut pour imposer dans le décor un personnage qui n’a pas pour nature de se mettre en avant. Aussi, pour le coup, Jane parait ne pas aller dans ses excès quand il se retrouve face à une personne qu’il doit interroger. Bref, au final, les deux ont leur force, mais si leur association a ses qualités, elle ne permet pas réellement de tirer le meilleur parti des deux.

Cette relation est à l’image de l’épisode, qui parvient à tirer son épingle du jeu, profitant de la présence de Katherine pour se démarquer, et possédant une enquête suffisamment travaillé pour conserver de l’intérêt tout du long. L’ensemble est par contre un peu trop sage et mécanique, Jane ne semant aucunement la zizanie.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire