Un vendeur d’antiquité est retrouvé mort dans un musée. Les pistes vont mener l’équipe de Lisbon à un trafic illégal, mais d’autres preuves vont rapidement changer l’orientation de l’enquête.

Patrick Jane : You’ve been LaRoched, haven’t you ?

Avec un épisode qui s’ouvre sur Hightower prenant en otage Jane, on peut dire qu’il est difficile de ne pas être directement accroché. Cela dit, avant de nous plonger pleinement dans le cœur de l’action, nous allons remonter aux origines de toute cette affaire pour découvrir ce qui a poussé Hightower à agir ainsi.

En fait, il ne va pas falloir longtemps pour que l’on comprenne de quoi il est question, puisque la boss du CBI se retrouve à la tête de la liste des suspects de JJ LaRoche dans l’enquête du tueur brûlé vif.

Quoi qu’il en soit, avant de tout lier, on nous entraine dans une traditionnelle investigation sur un meurtre dont la scène de crime se trouve être dans un musée d’archéologie. La victime est un vendeur d’antiquités. Jusqu’ici, rien de bien passionnant pour Jane, et pour nous d’ailleurs, car quand le mentaliste n’est pas intéressé, la série n’arrive que rarement à captiver. Malgré ça, on guette tout ce qui pourrait nous expliquer la scène qui ouvre l’épisode et c’est bien là que l’intérêt de l’épisode réside.

Hightower, jusqu’à l’épisode précédent, n’était pas franchement un personnage que l’on connaissait bien. On peut donc comprendre l’intérêt qu’il y a eu à la développer soudainement. Cela affecte notre perception des évènements, car on découvre qu’elle pourrait être liée à Red John.

Bien entendu, tout ceci se révèlera plus compliqué qu’il n’y parait, mais avant de nous délivrer toutes les clés de l’affaire Hightower, on quand même va nous offrir un peu d’action pour nous divertir et surtout pour nous éloigner du but.

Red Queen apparait donc rapidement comme un épisode clé, mais il va falloir patienter jusqu’à la toute fin pour vraiment saisir à quel point. En attendant, le reste n’est pas vraiment bien équilibré, car le twist présenté au départ nous empêche de réellement nous intéresser aux diversions qui posent l’enquête de l’épisode. C’est bien entendu compensé par le dernier tiers qui nous offre ce que l’on espérait avoir. D’ailleurs, cela devient une habitude dans la série de garder les informations sur Red John pour la conclusion et de banaliser le reste de l’épisode. Ici, ça fonctionne en partie seulement, mais on ne peut pas bouder le plaisir de voir l’ombre de Red John planer de nouveau sur le show.